Vanderplanck au bord du gouffre: 50 emplois menacés à Manage

Le fabricant de portes coupe-feu doit faire face à une très forte contraction de son carnet de commandes couplée à une trésorerie tendue à l’extrême. Une cinquantaine d’emplois sont dans la tourmente.

Spécialisée depuis de nombreuses années dans la fabrication sur mesure et la pose de portes métalliques coup-feu, anti intrusion, anti explosion etc…, l’entreprise Vanderplanck Metalworks connaît aujourd’hui une situation particulièrement délicate. En effet, le carnet de commandes s’est drastiquement contracté lors du premier trimestre ( de 40% d’un an à l’autre!), pas du tout en phase non plus (-30%) avec les prévisions budgétaires pour 2014.

Cette situation a contraint les dirigeants à demander récemment  le bénéfice du chômage "longue durée". Une petite cinquantaine de travailleurs sont encore occupés sur ce site hennuyer.

A noter aussi que Vanderplanck Metalworks, dont la Sogepa/Wallonie est minoritairement au capital, a clôturé l’année 2013 avec une perte d’un demi-million d'euros (léger bénéfice à fin 2012), ses fonds propres étant également négatifs. Sans parler d’une trésorerie tendue à l’extrême avec même, selon certaines sources, une perspective négative.

Des plans d’apurement ont été négociés avec l’ONSS et divers fournisseurs, une partie de ceux-ci étant sur le point d’exiger aujourd’hui des paiements comptant, voire avant livraison.

Ces éléments très préoccupants ont été confirmés par Yves Carakehian, administrateur délégué de Vanderplank. Celui-ci assure se battre avec la dernière énergie pour sortir l’entreprise de cette ornière. De leur côté, les organisations syndicales de la région du Centre, déjà sous le choc des Laminoirs de Longtain à la dérive, se disent très préoccupées devant ce sombre tableau.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content