Vivre dans une chapelle désacralisée à un coup de pédale du rond-point Schuman

©doc

Le pensionnat de la Vierge Fidèle a fermé ses portes il y a 15 ans déjà. L’école va agrandir ses bâtiments pour accueillir un nombre plus important d’élèves dans un nouveau complexe plus fonctionnel. Les sœurs ont donc lancé un appel d’offres européen pour revendre les murs délaissés.

Fondé en 1926 par les religieuses de la Congrégation Notre Dame de la Fidélité, le pensionnat de la Vierge Fidèle a fermé ses portes il y a 15 ans déjà. Depuis, la Congrégation, propriétaire du bâtiment, a cherché à céder ses murs, trop difficiles à convertir… en bâtiments scolaires.

L’école de la Vierge Fidèle, en partie grâce au fruit de la vente de l’ancien pensionnat, agrandira ses bâtiments à front de rue de Linthout pour accueillir un nombre plus important d’élèves dans un nouveau complexe plus fonctionnel. Les sœurs ont donc lancé un appel d’offres européen pour revendre les murs délaissés, tout en s’assurant dans le cahier des charges qu’on préserve l’esprit et l’histoire du lieu.

©doc

Par exemple, le chœur de la chapelle existante sera maintenu en lieu de culte à usage de la Congrégation et de l’école. "Il nous a semblé évident de répondre à cet appel à projet en préservant non seulement l’enveloppe extérieure du bâtiment, mais également le plus grand nombre possible d’éléments intérieurs qui feront le cachet spécifique du futur bâti. Avec nos architectes et ingénieurs, nous y avons bien sûr inclus les exigences indispensables en termes d’acoustique et d’économie d’énergie", intervient Carlos de Meester, le CEO d’Inside-Development, qui n’en est pas à son premier essai du genre.

Le chantier débute en août

Aux abords du Cinquantenaire et du square Plasky, on ne construit plus ce qu’on veut pour l’instant. AG Real Estate, qui planifiait de densifier le quartier avec une tour résidentielle posée en bordure de la rue du Noyer en sait quelque chose.

Le projet Newto(w)n, dessiné par l’architecte Pierre Lallemand, avait pourtant fière allure. Il n’a pas passé la rampe de la Commission de concertation, fustigé par plusieurs riverains opposés à la verticalité et à la densité du projet, jugée démesurée. Depuis, il est repassé sur le métier, dans les mains de Jaspers-Eyers Architects, avec des gabarits solidement revus à la baisse.

©doc

Mais une fois encore, il a été recalé le 16 mai dernier, Ville de Bruxelles et commune de Schaerbeek votant contre. Pour la Vierge Fidèle, dont les bâtiments n’étaient pas classés, les permis ont été délivrés au terme de trois années de procédures. Ils sont purgés de tout recours depuis trois mois. Rien n’arrête donc plus le chantier, qui débutera cet été.

Le projet, signé par MAP Architecture, intègre 16 (grands) appartements dans l’ensemble des murs historiques non classés, y compris dans la chapelle, convertie en triplex avec jardin. Terrasses, balcons et toitures aménagées sont également au programme. De vastes appartements avec mezzanine sont proposés en façade de la place Jamblinne de Meux. Le hall principal donnant sur la placette proche du rond-point Schuman respecte également le cachet du lieu.

25% déjà vendus

©doc

"La commercialisation officielle débute dans 15 jours. Mais quatre appartements sont d’ores et déjà réservés au terme d’une soirée de présentation du projet. Et à notre grande surprise, ce ne sont pas les plus petits qui sont partis les premiers!", précise le porteur du projet, qui s’est entouré d’un petit groupe d’investisseurs privés pour financer cette promotion haut de gamme hors du commun. Les prix de vente actuels (hors TVA de 21%) oscillent entre 249.000 et 875.000 euros, pour des surfaces variant entre 90 m² et 300 m².

Vu la localisation, les 24 places de parking simples sont vendues à 40.000 euros; 60.000 euros pour les doubles. Dernier détail: accord a été passé avec la Congrégation Notre Dame de la Fidélité pour que le surplus des marges dépassant la barre des 20% au terme de la commercialisation soit partagé à parts égales entre l’ancien propriétaire et le promoteur. "Pour que tout soit transparent, l’auditeur aux comptes a été choisi par les anciens occupants", ajoute Carlos de Meester.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content