A Woluwe-Saint-Pierre, la Cité de l'Amitié a besoin d'un sérieux lifting

©SLRB

La Société Immobilière de Service Public En Bord de Soignes (EBDS) a mandaté l’entreprise de construction BPC pour rénover la Cité de l’Amitié à Woluwe-Saint-Pierre. Le chantier phasé va débuter.

Dans les prochaines semaines, l’entreprise de construction générale BPC lancera la première des trois phases de travaux d’isolation et de ventilation programmées à la Cité de l’Amitié, à Woluwe-Saint-Pierre. Le budget de cette première phase de chantier avoisine 4,3 millions d’euros et est cofinancé par la Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB). Son achèvement est prévu avant l’hiver prochain.

Même si la commune est souvent pointée du doigt par certaines de ses voisines pour son parc de logements sociaux  relativement réduit, le site concerné compte pas moins de 324 logements sociaux, dont 56 réservés aux personnes à mobilité réduite.

À l’origine, la Cité de l’Amitié avait été pensée par ses fondateurs, au milieu des années ‘70, comme un petit village adapté avant l’heure aux personnes à mobilité réduite notamment. Le projet avait été lancé sur un foncier de 5 hectares légué par une donatrice privée. Mais le complexe novateur a aujourd’hui vieilli et nécessite un sérieux lifting: d’importants problèmes de déperditions d’énergie et de condensation ont été identifiés au fil du temps. Raison pour laquelle EBDS a finalement programmé un programme de rénovation centré sur une mise aux normes actuelles de l’isolation et de la ventilation des bâtiments. Divisé en 3 phases, ce chantier couvrira tout le site et visera à réduire par 7 la consommation énergétique actuelle.

Selon Antoine Bertrand, président de la société immobilière En Bord de Soignes et échevin à la commune de Woluwe-Saint-Pierre, ces travaux d’isolation et de ventilation couplées – indispensables vu le statut des occupants - permettront au site de répondre au Plan Énergie Climat 2030 du gouvernement bruxellois.

Outre l’insonorisation des logements, En Bord de Soignes étudie également l’idée d’installer des panneaux photovoltaïques qui permettraient d’arriver à l’autonomie des communs en réduisant encore le coût des charges des locataires et l’impact environnemental global du complexe.

Limiter les nuisances

"Nous avons exigé de BPC un effort spécifique pour que les habitants subissent le moins d’embarras possible. Ainsi, les travaux devront se faire par l’extérieur et l’installation du chantier se dérouler sans entraves au bon déplacement de tous. Aucun habitant ne devra être délogé", insiste Aziz Sopi, le directeur général d’En Bord de Soignes.

À cette fin, le calendrier et la gestion des travaux seront exposés aux occupants à l’occasion d’une des rencontres prévues tout au long du chantier. La première aura lieu dans les prochains jours, avant le début des travaux.

"Il est également prévu qu’un appartement-témoin soit réalisé afin que les personnes concernées puissent visualiser les changements et se rendre compte du confort qui les attend au bout des travaux", promet le directeur général.

Autres chantiers prévus

Une rénovation plus large du site cinquantenaire devrait suivre: outre les trois phases de travaux d’isolation et de ventilation, un masterplan est à l’étude avec les habitants. Celui-ci vise à ouvrir la Cité vers le quartier environnant en la rendant plus accessible et plus attractive. L’objectif est de renforcer la mixité et la cohésion sociale dans le quartier.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n