Après son divorce avec Besix, IRET se choisit un nouveau partenaire pour le QG de la Police d'Anvers

©Stéphane Beel - Jaspers-Eyers Architects

Dans le dossier conflictuel opposant le groupe de promotion immobilière IRET Development à l'entreprise de construction Besix, les choses n'ont pas traîné. Une semaine après son divorce avec Besix, IRET est déjà remarié.

La semaine dernière, le groupe de promotion immobilière anversois IRET annonçait être contraint à son insu de mettre fin immédiatement à son accord de partenariat avec Besix dans le dossier de construction du nouveau QG de la Police anversoise.

©Stéphane Beel - Jaspers-Eyers Architects

Pour rappel, cet important contrat DBFM (attribué en novembre 2017 à Post X LPA NV, une filiale du groupe IRET) court sur 25 ans. Il couvre et cadre la conception, la construction, le financement et la maintenance du futur bâtiment principal de la Police anversoise sur le site de Berchem X (ex-tri postal). Mais pour des raisons encore peu claires de dépassement de délai, de révision de programme et de budget, les deux partenaires en sont arrivés, selon la direction du groupe IRET, à devoir se séparer sans possibilité de trouver une solution amiable.

Une semaine après l'annonce unilatérale de la rupture, IRET annonce avoir déjà signé un accord avec un nouveau contractant EPC (Engineering Procurement & Construction), qui reprendra l'intégralité du contrat de Besix et s’engage à l’exécuter dans les délais fixés par le contrat passé avec les autorités anversoises.

"Depuis l’annonce de la rupture de contrat avec Besix, nous avons été très sollicités par des candidats à la reprise de la mission visée, ce qui a permis la signature rapide d’un accord répondant à tous les critères et conditions de l’accord actuel de DBFM. Le nouveau contrat confirme bien le prix fixé et la fin des travaux avant la fin de 2020, alors que Besix fixait déjà l’échéance un an plus tard", précise la direction de la société contractante.

Cette dernière ajoute encore que ce nouvel accord est conclu sous condition suspensive de son acceptation par les autres partenaires intéressés: AG Vespa (la Régie communale), les banques et, enfin, la police locale et la ville d'Anvers. "Si tous les feux passent rapidement au vert, les travaux de construction, suspendus pour l’instant, pourront reprendre avant l’été. Et nous communiquerons alors seulement le nom du nouveau partenaire", nous indique-t-on chez IRET.

Du côté de Besix, le CEO Rik Vandenberghe dit découvrir la nouvelle par le biais de la presse et prendre à nouveau acte des décisions de son ancien partenaire: "Nous restons sur notre position et en référons à nos avocats, comme indiqué la semaine dernière."

©Stéphane Beel - Jaspers-Eyers Architects

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n