Armonea snobe la Bourse pour financer son expansion internationale

Frédéric de Mevius, administrateur d'Armonea. Sa famille en est actionnaire historique. ©Dieter Telemans

L’entreprise belge (Malines) spécialisée dans les résidences-services pour personnes âgées étend sa toile hors de nos frontières. À cet effet, ses actionnaires historiques ont très récemment créé un holding capitalisé à hauteur de 209 millions d’euros. La diversification géographique du groupe se fera à court terme en Espagne et en Allemagne via des têtes de pont locales.

En juillet dernier, la société anonyme de droit belge Armonea, spécialisée dans les résidences-services pour personnes âgées, a conclu deux accords d’acquisition, un en Allemagne, l’autre en Espagne, marquant ainsi la sortie de son périmètre belge historique. Dans la foulée, les actionnaires de référence ont créé une holding, Armonea Group. Frédéric de Mévius, président du conseil d’administration du holding Verlinvest et administrateur d’Armonea, a accepté de s’expliquer sur sa stratégie d’expansion récente.

Les actionnaires historiques, dont font partie les familles de Mévius et de Spoelberch (grands actionnaires belges d’AB InBev), viennent en effet de concrétiser une première diversification géographique des activités d’Armonea qui, avec 82 maisons de repos, service-flats et résidences-services gérées en Belgique, s’y affiche comme le plus grand prestataire indépendant de soins aux seniors.

Interrogé sur la manière dont les actionnaires de référence avaient financé leur récente expansion géographique, Frédéric de Mévius se fait didactique: "Ces deux transactions concrétisées en juillet, après une longue et profonde analyse du marché local, ont été financées en partie par de l’endettement bancaire et en partie par de l’augmentation de capital, à hauteur de 209 millions d’euros apportés au travers de la Stak (Stichting Administratiekantoor, NDLR) d’origine néerlandaise via laquelle les actionnaires de référence interviennent dans Armonea", explique-t-il.

Structure logique

Juste auparavant, ces mêmes actionnaires avaient créé, aux côtés de la société anonyme Armonea fondée en 2007 lors de la fusion entre Restel, Resid Services et le groupe Van den Brande, le holding Armonea Group. "Cela permet d’avoir une structure logique en termes d’expansion géographique, Armonea Group détenant les actifs belges, espagnols et allemands. Certaines fonctions centrales seront exercées au départ de cette holding, chaque pays ayant son organisation et son infrastructure et rapportant à Armonea Group", résume l’administrateur.

Et d’ajouter qu’il ne s’agit en aucun cas d’un rapatriement d’actifs vers la Belgique: dans la nouvelle structure, la Stak hollandaise qui détenait 100% de la société malinoise détient aujourd’hui 100% d’Armonea Group qui, à sont tour, englobe 100% des trois filiales, dont La Saleta (Espagne, 26 maisons) et Deutsche Pflege und Wohnen, DPUF (Allemagne, 17 maisons). Il s’agit donc juste de la création d’une holding de détention regroupant au total 125 établissements (dont 8 centres de soins et 4 crèches), sans plus.

Quant à l’expansion stratégique des activités du groupe dans les prochains mois, Frédéric de Mévius limite le spectre géographique: "Dans un premier temps, nous avons pu identifier un énorme potentiel en Espagne et en Allemagne. Et nous espérons avoir des opportunités de croissance sur ces marchés que nous connaissons maintenant mieux pour les avoir étudiés durant de nombreux mois. Au départ des plateformes dont nous avons fait l’acquisition depuis peu, nous allons nous développer sur ces deux nouveaux marchés. Il n’y a pas pour nous d’autre marché-cible à l’ordre du jour à court terme."

C’est Christiaan Cools (Coolberry BVBA), déjà administrateur délégué pour la Belgique, qui devient CEO de la holding. A ses côtés, au sein du conseil d’administration, outre les familles fondatrices, on trouve notamment, comme administrateur indépendant, un certain Rudolf Thomaes, mieux connu sous le diminutif de ‘Rudi’ et ex-patron de la FEB qui, en 2012, a transmis le flambeau patronal à Pieter Timmermans.

Questionné enfin sur les rumeurs de possible entrée en Bourse d’Armonea, évoquée notamment par ses concurrents, Frédéric de Mévius ne se démonte pas: "Répondez-leur simplement que nous n’avons pas besoin de faire appel à des capitaux extérieurs et flottants. Croyez-moi, les actionnaires actuels sont suffisamment motivés et mobilisés pour assurer le succès de sa croissance!"

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect