Atenor affiche des résultats 2017 positifs grâce à ses actifs étrangers

Stephan Sonneville, CEO d'Atenor ©BELGA

Lors de la présentation de ses résultats 2017 dans les murs même de son dernier projet emblématique actuellement en cours de construction le long de la rue de la Loi, la société de promotion immobilière Atenor en a profité pour faire le point sur la commercialisation de l’immeuble, baptisé The One.

Atenor présentait ce jeudi midi ses résultats annuels dans l’immeuble The One, sis entre les rues de la Loi et Lalaing, au cœur du quartier européen. La tour mixte (résidentiel et bureaux) de 40.000 m² construite en lieu et place de l’ex-hôtel Europa est d’ores et déjà un succès commercial, alors qu’elle ne sera terminée que l’an prochain. C’est seulement alors que Welkin&Meraki, qui vient de signer un bail locatif de 9 ans dans l’immeuble, y ouvrira un centre de co-working.

L’immeuble The One est déjà un succès commercial

" Même si nous intégrons progressivement la marge sur les unités vendues dans les résultats, l’opération ne sera vraiment profitable que l’an prochain ; et nous avons bon espoir d’annoncer encore de bonnes nouvelles d’ici là. Mais, même sans cela, Atenor a terminé l’exercice 2017 sur un résultat net positif de 22,18 millions d’euros, en hausse pour la cinquième année consécutive ", commentait Stéphan Sonneville, le CEO. Fort de cette croissance du résultat net consolidé de près de 9%, la société cotée affiche un résultat par action de 4 euros et un dividende brut de 2 euros.

220,43
millions d’euros
Le total des produits des activités ordinaires s’établit à 220,43 millions d’euros, en hausse de 63,60 millions d’euros par rapport à 2016.

Ces résultats positifs ont été d’abord marqués par l’activité enregistrée à l’étranger, tant en Hongrie qu’en Roumanie. Tout d’abord, la vente de trois immeubles du projet Vaci Greens à Budapest, dont un en état futur d’achèvement. Ensuite, les revenus locatifs de ces immeubles avant leur vente et ceux générés par les immeubles HBC à Bucarest, totalement loués. C’est donc pas moins de 75% des résultats qui sont nourris cette année par les projets développés en Europe Centrale. 

Le total des produits des activités ordinaires s’établit à 220,43 millions d’euros, en hausse de 63,60 millions d’euros par rapport à 2016. Au revenu dégagé par les cessions et locations enregistrées à Budapest et à Bucarest, on ajoutera, plus près de chez nous, les dernières tranches du projet de bureaux Port du Bon Dieu (Namur) livré à la Banque CBC (11,21 millions d'euros), les revenus liés aux ventes des appartements des projets bruxellois Palatium (21,7 millions d’euros), UP-site (8 millions d’euros) et The One (5,9 millions d’euros), Nysdam à La Hulpe (9,8 millions d’euros), Au Fil des Grands Prés à Mons (13,8 millions d’euros) et Brasseries de Neudorf à Luxembourg (7,3 millions d’euros). 

Nouveau projets en développement

"Nous restons néanmoins très présents à Bruxelles, avec des projets majeurs en gestation sur le quartier européen, le long du canal et près de la gare du Midi."
Stéphane Sonneville

Dans le cadre de sa diversification stratégique à l’international, Atenor a acquis de nouveaux projets au Luxembourg, à Budapest, à Bucarest, ainsi qu’un premier projet en région parisienne et un premier projet à Varsovie. "Nous restons néanmoins très présents à Bruxelles, avec des projets majeurs en gestation sur le quartier européen, le long du canal et près de la gare du Midi", a précisé Stéphane Sonneville.

Prudent compte tenu des incertitudes inhérentes au core business de la société, ce dernier dit aborder l’année en cours avec prudence, conforté par une diversification internationale renforcée. Au total, le promoteur possède actuellement 800.000 m² en développement, répartis sur 18 projets et 11 villes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content