Atenor mise sur les fonciers à haut potentiel, ici et ailleurs

En marge de ses résultats trimestriels, après un premier développement en Flandre (Deinze), une nouvelle acquisition à Budapest, un premier projet au Portugal (Lisbonne) et la signature d’un accord de partenariat pour le redéveloppement du site de CCN (Gare du Nord), Atenor fait deux annonces qui devraient ravir les investisseurs.

Tout d’abord, la multinationale anglo-néerlandaise Unilever logera son nouveau siège belge sur le site de City Dox, qu’Atenor développe par phases à Anderlecht, le long du canal de Biestebroeck. Le bail locatif conclu (3.500 m²) concerne l’immeuble de services intégrés aux entreprises, déjà construit sur le site. Il prendra cours dès septembre prochain. Par ailleurs, les travaux de construction de la deuxième phase, essentiellement résidentielle, commenceront dans les tout prochains jours. Enfin, un concours d’architecture est en cours sur la troisième phase du projet. Celle-ci concerne le développement de 170 logements.

A l’international, Atenor annonce également la conclusion, via sa nouvelle filiale polonaise, d’un accord portant sur l’acquisition d’un terrain proche de l’aéroport Chopin, à Varsovie. D’une superficie exceptionnelle de 14 hectares, c’est l’une des plus grandes parcelles encore disponibles dans les limites de la ville. "Le tracé des conditions de zonage y autorise la construction d’au moins 250.000 m², qui seront principalement consacrés au développement de bureaux, d’hôtels et/ou centre de conférences et de services", précise Stéphan Sonneville, le CEO. Avec cette dernière acquisition en date, Varsovie représente 26% du total du portefeuille de la société de promotion immobilière belge cotée.

Ailleurs, à Luxembourg, Budapest, Bucarest, Lisbonne, Paris ou Dusseldorf, la société belge étend également sa toile. Depuis la publication des résultats annuels 2018, elle a poursuivi le développement de ses activités tous azimuts et compte désormais 26 projets en portefeuille pour un potentiel de développement de 1.170.000 m², dont 25% demeurent ancrés en Région bruxelloise, avec le quartier européen pour épicentre.

Union européenne, d’abord

Le long de la rue de la Loi, la construction du projet mixte The One (31.000 m² de bureaux, 11.000 m² de logements) est achevée. 94% des appartements et les deux commerces du rez-de-chaussée sont vendus. Et la partie bureaux a été vendue entièrement fin 2018 à Deka Immobilien Investment, une société d’investissement allemande sous clauses suspensives. "L’ensemble des surfaces bureaux ont été proposées à la location dans le cadre d’un appel à candidatures - de ±100.000 m² à l’horizon 2020-2024 - lancé par les Institutions européennes", rappelle Stéphan Sonneville.

Même topo pour le projet voisin, celui du Realex (minimum 54.000 m² de bureaux), détenu à 90%. "Il participe d’une part au dialogue compétitif organisé par les Institutions européennes et portant sur l’acquisition d’un Centre de Conférences de l’ordre de 24.000 m² hors sol. Et pour la partie bureau (± 30.000 m²) située aux étages, nous avons également répondu au même appel à candidatures lancé par les Institutions européennes. Une demande de permis d’urbanisme a été introduite fin 2018 afin d’adapter le permis délivré à ces demandes", précise le patron.

Interrogé sur le calendrier fourni par l’Union européenne pour sa prise de décision, reportée à plusieurs reprises, Stéphan Sonneville, qui tient la corde sur ce dossier, reste prudent: "Les procédures administratives se poursuivent au sein de l’OIB (Office for Infrastructures in Brussels) dans le cadre des appels publics lancés. Même si des avancements effectifs sont réalisés, impossible de se prononcer sur le timing voire même d’affirmer avec certitude si les procédures aboutiront. Les besoins énoncés sont réels, ce qui nous permet de rester confiants", botte le patron en touche.

Autre prise de position stratégique récemment bouclée sur le marché bruxellois: l’acquisition à 33% du CCN (Centre de Communication Nord) aux côtés d‘AG Real Estate et d’AXA IM-Real Assets, ce dernier agissant pour le compte d’un de ses clients. Les trois associés momentanés ont conclu un accord de partenariat pour le développement d’un nouveau projet sur le site jouxtant la Gare du Nord de Bruxelles. Ce projet devrait débuter en 2021 dès que la Région de Bruxelles-Capitale (qui occupe la majorité de l’actuel bâtiment) aura quitté ses bureaux obsolètes.

Résultats financiers sous contrôle

Il y a 15 jours, Atenor a fait appel – avec succès - à l’épargne publique en émettant deux emprunts obligataires à 4 et 6 ans pour un total de 60 millions d’euros. Le produit de cette émission viendra renforcer les capitaux permanents et étendre les maturités de financement à l'horizon 2023-2025.

Eu égard aux contacts en cours, Atenor envisage de réaliser cette année "un résultat comparable au résultat 2018, à confirmer au fil des mois à venir".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect