Atenor publie des résultats 2020 en trompe-l'œil

Atenor a déposé, en partenariat avec AG Real Estate, le projet de rénovation lourde de deux des trois blocs du complexe de bureaux Espace Beaulieu, à Auderghem. ©Atelier d'architecture de Genval

Le résultat net d'Atenor a piqué du nez l’an dernier. Mais pour son patron, le versant industriel du promoteur immobilier le rend profitable de façon pérenne.

La société de promotion immobilière cotée en bourse Atenor a terminé l’exercice 2020 sur un résultat net de 24,13 millions d’euros, positif mais en baisse de 30% par rapport à l'année précédente. Comme le mentionne le CEO Stéphan Sonneville, ces résultats en demi-teinte ont été portés par 9 projets localisés dans 5 pays seulement; 9 sur les 31 actuellement recensés, pour un total de 1,270 million de mètres carrés à livrer endéans les 5 ans à venir. On ajoutera qu'à un mois près, deux opérations bouclées en janvier dernier venaient grossir le résultat affiché ce lundi.

Autrement dit, c’est non pas sur un an, mais sur cinq qu’il faut calculer le réel retour sur investissement de l’entreprise cotée qui, pour 2021, envisage déjà de doubler à hauteur de 80 millions d’euros sa marge brute "projets" retardée d’un exercice.

Obsolescence accélérée

Pour le CEO d'Atenor, la pandémie a eu un effet direct sur les achats et locations d'espaces de bureaux. Il estime que le ressac enregistré varie, selon les endroits, entre -30 et -60%.

"Le monde du travail va changer, c’est certain; nous serons là pour répondre à la nouvelle demande émergente."
Stéphan Sonneville
CEO d'Atenor

"Selon moi, le stress vécu actuellement n’est pas dû au télétravail, comme on le dit trop souvent, mais à l’incertitude générale liée à la conjoncture actuelle. Les grands occupants – et on peut les comprendre - ne prennent plus pour l’instant de décisions stratégiques. Néanmoins, le bureau en présentiel restera le nœud du travail en co-création", analyse Stéphan Sonneville.

Pour ce dernier, l’obsolescence accélérée des immeubles actuellement sur le marché, vu les nouvelles méthodes de travail actuellement sur la table, sera une opportunité pour les promoteurs urbains qui misent sur le développement de projets durables et flexibles.

28%
28% du portefeuille de projets en cours d'Atenor cible le logement neuf. Cela représente 4.500 logements répartis dans 6 pays.

Il poursuit : "Le monde du travail va changer, c’est certain; nous serons là pour répondre à la nouvelle demande émergente. Et même si je dis parfois crûment ce que je pense du marché belge, je n’ai aucune envie de lui tourner le dos. Pas davantage que les investisseurs, qui n’y ont jamais été aussi présents, avec un volume d’investissement inédit sur le segment du bureau."

Un tiers de résidentiel

Le CEO d’Atenor ajoute que sa société a, depuis longtemps déjà, entamé une diversification salutaire de son carnet de commandes: 28% du portefeuille de projets en cours cible déjà le logement neuf. Cela représente 4.500 logements répartis dans 6 pays.

On relèvera également que la valeur totale des actifs immobiliers en portefeuille monte à 636 millions d’euros et que le risque opérationnel atteint 365 millions d’euros. 11% seulement du portefeuille d’Atenor est lancé à risque, avec un confortable retour sur investissement de 12%. 61% des projets sont en préparation de permis.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés