Publicité
Publicité

Besix se redresse malgré les pertes dans la branche construction

Le projet primé Sluishuis, livré l'an dernier par Besix RED. ©ANP

Le géant belge de la construction Besix a vu son chiffre d'affaires, ses bénéfices et son carnet de commandes augmenter l'année dernière. La branche cruciale de la construction reste déficitaire.

Besix, le plus grand groupe de construction en Belgique, a réalisé un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros l'année dernière. Cela représente une augmentation de 15 % par rapport à 2021 et l'un des plus hauts chiffres d'affaires des 20 dernières années. Malgré les conditions économiques difficiles, Besix a enregistré un bénéfice d'exploitation ajusté (Ebitda) de 129 millions d'euros, soit un quart de plus que l'année précédente. Le bénéfice net s'est élevé à 40 millions d'euros, contre un peu moins de 27 millions d'euros en 2021.

Le CEO Pierre Sironval a déclaré mercredi dans un communiqué de presse que les concessions pour les partenariats public-privé dans le secteur de l'eau et des déchets au Moyen-Orient et les activités d'infrastructure en Europe de l'Ouest ont obtenu des résultats "exceptionnellement bons". Cela vaut également pour Besix RED. Le promoteur immobilier doit ses bons résultats en grande partie à la vente du Cours Saint-Michel à Etterbeek à l'ambassade américaine et à la livraison du projet résidentiel Sluishuis à Amsterdam.

Publicité

Construction déficitaire, commandes record

Les activités de construction, qui représentent la majeure partie du chiffre d'affaires, sont toujours déficitaires. Besix travaille sur de nombreux projets prestigieux dans le monde entier, tels que la Tour Triangle à Paris, le musée Guggenheim à Dubaï et la tour Mohammed VI au Maroc. La division a souffert de l'inflation et de la hausse des coûts des matériaux et de l'énergie.

Pour cette année, Besix semble prudemment optimiste. 2023 offre des "perspectives prometteuses" car de grands projets démarrent et certains projets importants approchent de leur achèvement. Le carnet de commandes a atteint un niveau record de 5,2 milliards d'euros à la fin de l'année dernière, dont la moitié en Europe.

L'entreprise met cependant en garde contre les révisions de prix dans les nouveaux contrats et les mécanismes de compensation pour l'inflation des prix dans les contrats en cours, qui sont inévitables en raison des coûts en forte hausse.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.