Bientôt coté à Bruxelles, Eurocommercial veut s'étendre en Belgique

©Jan de Meuleneir

Le groupe immobilier néerlandais Eurocommercial Properties qui a acquis le Woluwe Shopping Center ne cache pas son ambition d'investir davantage en Belgique. La cotation à Bruxelles, en plus de celle à Amsterdam, sa place boursière d'origine, s'inscrit dans cette démarche.

Euronext Bruxelles va donc s’enrichir d’une société immobilière de plus. Fin juin, Eurocommercial Properties va rejoindre les 17 SIR et les quatre autres non-SIR (Banimmo, Atenor, Immobel et VGP) déjà négociées sur notre marché.

Une trentaine de centres commerciaux

Le créneau du groupe néerlandais coté sur la Bourse d’Amsterdam depuis 1991, c’est principalement les centres commerciaux. Il en possède 29 repartis en Belgique, en France, en Suède et en Italie qui sont fréquentés par environ 140 millions de clients chaque année affirme-t-il. Assez bizarrement, elle n’est pas présente aux Pays-Bas.

Chez nous, Eurocommercial a réalisé un premier achat majeur en mars dernier en mettant la main sur le Woluwe Shopping Center pour un montant de 468 millions d’euros entièrement financé par des lignes de crédit. Il compte rafraîchir le centre commercial et construire une extension commerces/logements de 10.000m². La Belgique représente désormais 11% de son portefeuille total qui atteint 4 milliards d’euros. "Bruxelles bénéficie d’une population avec des revenus disponibles élevés et une bonne croissance de la population " souligne Jeremy Lewis, CEO de la société dans un communiqué.

Dividende en actions

Et, bien entendu, la seconde cotation à Bruxelles n’est pas un hasard. On dirait bien que les ambitions belges d’Eurocommercial ne vont pas se limiter au Shopping de Woluwe. Jeremy Lewis encore: "Avec notre cotation à Bruxelles, nous souhaitons renforcer notre engagement en Belgique. Un pays qui va connaître une importance croissante pour notre stratégie d’investissement dans les années à venir."

Et pour les investisseurs belges qui seraient réticents à placer leurs billes dans une société néerlandaise avec double précompte mobilier à la clé (même si le précompte mobilier est en voie de disparition aux Pays-Bas) Eurocommercial apaise leurs craintes. Elle offre régulièrement la possibilité de recevoir le dividende sous la forme de nouvelles actions, insiste-t-elle ce qui permet d’éluder la taxe.

Au cours des cinq dernières années, le dividende du groupe immobilier a d’ailleurs enregistré une croissance constante passant de 1,92 euro pour l’exercice 2012/2013 à 2,10 euros en 2016/2017.

A l’issue des neuf premiers mois de l’exercice en cours, Eurocommercial a vu son résultat courant croître de 9,3% à 88,5 millions d’euros. Par contre, le résultat total prenant en compte les réévaluations et les cessions a été divisé par deux, passant de 146,2 millions d’euros à 71,1 millions. Par action, il atteint 1,45 euro contre 3,03 euros un an plus tôt.

Parcours boursier mitigé

En Bourse, le parcours d’Eurocommercial n’a pas de quoi faire rêver ces derniers temps. Depuis le début de l’année, l’action a cédé 2%. Le recul atteint 4,8% sur un an et se cantonne à 2,7% sur trois ans. Sur cinq ans, par contre, le titre a grimpé de 23%.

Globalement, les analystes qui suivent la valeur sont positifs avec huit recommandations à l’achat et quatre à conserver. L’objectif de cours moyen s’élève à 40,3 euros ce qui représente un potentiel de hausse de 13% par rapport au cours actuel. De son côté, JP Morgan vise même un prix de 45 euros sur douze mois. Les moins emballés par la valeur sont Kempen et Société Générale avec un " target " sur douze mois de 36 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés