Citydev fait un appel du pied aux promoteurs privés

©Nautilus - Eaglestone/Detrois

36 appartements sur les quelque 200 mis sur le marché par le promoteur Eaglestone le long du Canal à Anderlecht seront dédiés à du logement conventionné et commercialisé au prix de 1.800 euros le m2 pour un public à revenus moyens.

"C’est un partenariat qui risque de se reproduire régulièrement à l’avenir", lâchent de concert les deux acteurs concernés, Nicolas Orts, le CEO d’Eaglestone, porteur de cet ambitieux projet mixte, et Benjamin Cadranel, l’administrateur général de Citydev. Le premier se voit imposer, sur ses projets, des charges d’urbanisme; le second a, entre autres missions, de multiplier l’accessibilité à la propriété bruxelloise à des candidats aux moyens limités. Ils étaient donc faits pour se rencontrer. Oui, mais pas à n’importe quel prix.

"Sur un projet aussi important, pouvoir amorcer la pompe avec une prévente de 34 logements sur un total de 200 est un bon départ. D’autant que nous avons vraiment le souhait de positionner notre offre sur le segment du logement moyen, accessible à une frange la plus large de Bruxellois."
Nicolas Orts
CEO d’Eaglestone

Pour le promoteur immobilier, réserver une partie (15%) de son développement résidentiel et le commercialiser, via un partenaire public reconnu, à un prix plafonné de 1.800 euros indexés le m², permet de ne pas verser de charges d’urbanisme.

©Nautilus - Eaglestone/Detrois

Mais cela reste un manque à gagner si le prix de commercialisation visé est largement supérieur au prix conventionné imposé par les autorités régionales. Il doit donc amortir cette cession sur la marge restante. "Ces charges, on peut les estimer un peu bêtes et brutales. Mais puisqu’elles sont imposées, autant les négocier intelligemment. Sur un projet aussi important, pouvoir amorcer la pompe avec une prévente de 34 logements sur un total de 200 est un bon départ. D’autant que nous avons vraiment le souhait de positionner notre offre sur le segment du logement moyen, accessible à une frange la plus large de Bruxellois", insiste Nicolas Orts.

"Si le type d’appartement proposé correspond à notre cible et est de qualité, comme c’est le cas avec Nautilus, ce modèle de partenariat – même en aval - avec le privé nous permet de grossir rapidement notre offre, sans devoir investir énormément de temps, d’argent et d’énergie pour le mener à bien.”
Benjamin Cadranel
Administrateur général de Citydev

Pour Citydev, qui entre dans le projet en aval de l’octroi du permis de bâtir, encore faut-il que le lot d’appartements qui lui est cédé à titre de charges d’urbanisme corresponde au type de public qu’il doit loger: même à prix subventionné, celui-ci ne veut pas acheter un chat dans un sac n’importe où.

©Nautilus - Eaglestone/Detrois

“C’est vrai que nous ne sommes pas du tout à la manœuvre en amont du projet, pas même pour la sélection du terrain où il sera logé. Nous ne sommes d’ailleurs pas le seul opérateur public à pouvoir être sollicité pour ce type de prévente. Mais d’un autre côté, si le type d’appartement proposé correspond à notre cible et est de qualité, comme c’est le cas avec Nautilus, ce modèle de partenariat – même en aval - avec le privé nous permet de grossir rapidement notre offre, sans devoir investir énormément de temps, d’argent et d’énergie pour le mener à bien”, explique pour sa part Benjamin Cadranel.

Celui-ci rappelle d’ailleurs au passage que, même sur le lieu précis concerné par ce partenariat, le quai de Biestebroeck, Citydev a lancé trois projets parallèles: au nord, Citygate sera entièrement développé en interne de manière phasée et sur le long teme; plus au centre, un partenariat avec Atenor lui a permis de lancer, sur une partie du développement résidentiel global appelé City Docx, une première phase de construction d’appartements neufs à prix conventionnés sur base d’un cahier des charges public. Plus au sud, enfin, c’est avec Eaglestone qu’une convention a vu le jour. De quoi diversifier la manière, le timing et le risque et multiplier ses leviers d’action.

©M Square - Burco/TP Batiment

“Comme nous allons essayer de multiplier ce genre de partenariats avec les promoteurs, nous espérons que ceux-ci les anticiperont dans leurs projets futurs, de manière à ce qu’une partie au moins de leur offre résidentielle corresponde à la classe moyenne à laquelle nous nous adressons”, espère Banjamin Cadranel, qui dit avoir le même genre d’accord sur le volumineux projet M Square (photo ci-contre), porté sur le boulevard de Mettewie à Molenbeek avec TP Bâtiment et Burco et fait au passage un appel du pied à tous les porteurs de projets dans la capitale.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés