Cofinimmo sur le point de vendre un actif évalué à 400 millions d'euros

©Jaspers Eyers

Ce n'est pas n'importe quel complexe que Cofinimmo se prépare à vendre. Il s'agit du complexe de bureaux Egmont I et Egmont II qui héberge les services des Affaires étrangères. Un actif évalué à 400 millions d’euros. Bref, voici LE deal immo...

C’est un des tout gros bijoux de famille de la plus grosse société immobilière (SIR) cotée belge. Et Cofinimmo serait parvenu dernièrement à le faire briller suffisamment pour attirer les regards des investisseurs institutionnels internationaux.

Comment? En renégociant le taux de crédit hypothécaire sur les murs de cet actif de taille (+- 100.000 m²) et en renégociant avec l’occupant fédéral de premier plan la prolongation du bail existant pour garantir un rendement long terme au futur acquéreur.

L’objet de toutes ces attentions? Le complexe de bureaux Egmont I (1997, 75.000 m²) et Egmont II (2007, 22.700 m²) serti entre la place Royale et le Sablon, et qui héberge depuis 20 ans déjà les services des Affaires étrangères.

©Jaspers Eyers

La SIR belge, alors encore Sicafi, avait acquis l’immeuble Egmont I et le terrain portant le projet Egmont II ( contigu au Palais d’Egmont historique) au cours d'une vente publique organisée à la demande de l’Etat belge en mai 2004. Le montant déboursé avoisinait alors les 174 millions d’euros, droits d'enregistrement inclus; mais il s’agissait d’un sale & leaseback particulièrement intéressant – offrant à la Sicafi un rendement supérieur à 6% - puisque la Régie des bâtiments de l'Etat belge les relouait pour une période de dix-huit ans, s’achevant en 2022. La prolongation du bail avec la Régie des Bâtiments était donc une priorité pour les gestionnaires de la SIR. Ces cartes indispensables en main, Cofinimmo est donc aujourd’hui en mesure de faire monter les enchères avec, se dit-il, quatre candidats solvables.

Pour qui? Aux dernières nouvelles, deux fonds coréens, un des deux représenté par BNP Paribas REIM, tiendraient la corde. Et les tractations avec un acquéreur final seraient sur le point de se concrétiser, pour cadrer le processus de rachat dans les semaines qui viennent et finaliser celui-ci sans doute au premier trimestre de l’an prochain.

Au terme de cette opération, le portefeuille ‘bureaux’ de Cofinimmo, qui ne représente déjà plus que 38% de l’ensemble des actifs, tombera sous la barre du milliard d’euros: un plus bas historique depuis 20 ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content