Demain, il faudra penser télétravail et espaces de coworking

L'association belge des acteurs de coworking représente 465 membres. Si tous ne survivront pas à la crise sanitaire, pour les autres, de beaux jours s'annoncent.

Avec la pandémie, les employeurs ont expérimenté le télétravail à grande échelle. Fort de cette expérience, ils réfléchissent désormais à l'utilisation des espaces de bureaux qui n’accueilleront désormais plus tous leurs salariés au quotidien.

"A court terme, on craint beaucoup de morts dans le secteur du coworking." Les propos de Jean-Yves Huwart, fondateur de SocialWorkplaces.com sont partagés par l'ensemble des acteurs du coworking belge.

En cette période de pandémie, les revenus sont en berne. Les centres d'espaces de bureaux partagés, bien que restés ouverts, ne sont guère pris d’assaut. Mais certains semblent toutefois tirer leur épingle du jeu.

"Actuellement, les centres d'affaires, qui offrent des bureaux privatifs fermés et où depuis le parking, vous entrez avec un badge, ont la cote", explique Édouard Cambier, président de la Belgian Workspace Association et fondateur de Seed Factory. Les enseignes proposant des services de gestion du courrier et de colis arrivent aussi à garder la tête hors de l'eau.
Les centres de coworking axés sur des espaces flexibles, de la restauration, des solutions de coaching, des solutions événementielles ont, eux, plus difficile.

Utiliser les espaces

Pourtant, au regard des comportements induits par cette pandémie, le coworking semble plus que jamais s'imposer dans le monde du travail de demain. "Le drame qu'est cette pandémie va créer des opportunités économiques et accélérer la réflexion immobilière des grands employeurs", explique Charles Caprasse, CEO de The Gate. "Le tout-au-travail va disparaître", ajoute Axel Kuborn CEO de Silversquare.

La tendance s'ouvre sur un mode de travail plus flexible alliant un siège central, du télétravail et des centres de coworking proches du lieu d'habitation des salariés .

La réflexion sur le maintien de grands plateaux paysagers sur des centaines de mètres carrés est déjà en cours depuis plusieurs années. La crise sanitaire, qui a envoyé une majorité des salariés en télétravail, a toutefois donné un coup d'accélérateur. La tendance s'ouvre donc sur un mode de travail plus flexible, alliant un siège social pour les réunions importantes, le télétravail pour du travail individuel et des centres de coworking proches du lieu d'habitation des salariés dans lesquels un travail en équipe via le réseau de coworking est possible.

"Office solution mixte"

"Le marché mondial du coworking représentait en 2018 quelque 30 milliards de dollars. Il pourrait atteindre 120 milliards en 2025", indique Alain Brossé, CEO de Welkin & Meraki. Une étude de CBRE fixe à 86% les CEO de grandes entreprises mondiales en quête d'une "office solution mixte".

120
milliards €
Le marché mondial du coworking chiffré à quelque 30 milliards de dollars en 2018 pourrait atteindre 120 milliards en 2025.

Sur le terrain, on note que l'évolution est en marche. Proximus a déjà annoncé sa volonté de réduire de moitié son accueil des salariés à Bruxelles. Roularta a fermé un de ses deux sites bruxellois. Allianz Belgique, qui vient d'emménager dans un site plus ergonomique, est déjà au stade de revoir à la baisse son occupation des bâtiments.

"Depuis le début du mois de décembre, nous recevons déjà plus de demandes", précise Alain Brossé. Les contacts et les visites d'espaces de coworking par de grandes sociétés se multiplient, mais les décisions sont plus timides.

"Cela permettrait d'apaiser les grandes villes, de renforcer l'économie des petites villes, de contribuer à un air plus propre et d'offrir aux salariés une journée plus calme."
William Willems
CEO de IWG

Le basculement ne sera en effet pas immédiat une fois la crise sanitaire maîtrisée. La majorité de ces sociétés sont en effet liées par des baux. William Willems d'IWG (ex Regus) table sur un boom des créations de start-ups et scale-ups qui, dès la reprise économique, se tourneront directement vers des solutions plus flexibles de travail.

Des problèmes, une solution

Les avantages que revêtent les espaces de coworking sont divers. Outre le fait de ne plus être lié par un bail sur plusieurs années, ils offrent des solutions de décentralisation. "Mon souhait serait de voir une sorte de chambre de commerce dans chaque village. Cela permettrait d'apaiser les grandes villes, de renforcer l'économie des petites villes, de contribuer à un air plus propre et d'offrir aux salariés une journée plus calme", conclut William Willems.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés