Publicité

Evergrande évite le défaut de paiement

Evergrande sauve sa peau à court terme, mais une restructuration de sa dette reste primordial. ©EPA

À deux jours de la date butoir, Evergrande rembourse 83,5 millions de dollars d'intérêt sur une obligation. Un nouveau répit pour la société.

Evergrande évite le défaut de paiement à court terme. À deux jours de la date butoir, le géant immobilier en difficultés a effectué un versement pour régler des intérêts d'une obligation, explique une source proche du dossier.

Il a ainsi remis 83,5 millions de dollars (71,8 millions d'euros) sur un compte de Citibank, lit-on dans le journal d'État chinois Securities Times, ce qui lui permet de payer les porteurs d'obligations avant l'échéance de la période de grâce le 23 octobre.

Un petit soulagement

Le promoteur, qui a fait défaut sur plusieurs échéances obligataires et dont la dette globale est estimée à plus de 260 milliards d'euros, doit encore effectuer des paiements d'intérêts sur une série d'autres obligations.

"Evergrande a tout de même besoin de restructurer sa dette. Ce versement pourrait être un moyen pour eux d'obtenir le soutien des parties prenantes avant le lourd travail nécessaire à la restructuration."
Avocat de Hong Kong

"Evergrande semble éviter un défaut de paiement à court terme et c'est un peu un soulagement qu'il ait réussi à trouver des liquidités", a déclaré un avocat de Hong Kong spécialisé dans la restructuration de la dette et représentant certains détenteurs d'obligations. "Mais Evergrande a tout de même besoin de restructurer sa dette. Ce versement pourrait être un moyen pour eux d'obtenir le soutien des parties prenantes avant le lourd travail nécessaire à la restructuration", a-t-il ajouté.

Le fournisseur d'informations financières REDD a déclaré jeudi qu'Evergrande avait obtenu une prolongation de trois mois d'une échéance sur une obligation en défaut de paiement, émise par Jumbo Fortune Enterprises.

L'action Evergrande gagnait 4,26% à Hong Kong après avoir chuté de 12,54% jeudi à la reprise de cotation, sur fond d'échec de vente de sa filiale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés