Gastronomie, logements, bureaux… Les halls Cockerill vont revivre à Seraing

Les bâtiments et terrains industriels concernés sont idéalement situés. ©doc

Un important marché public de travaux vient d’être publié par la Ville de Seraing. Le partenariat public-privé a pour objet le développement d’un projet immobilier et commercial stratégique logé en cœur de ville. Les équipes intéressées doivent déposer leur candidature avant le 12 septembre prochain.

Le lieu central est emblématique du renouveau urbain entamé à Seraing depuis plus de dix ans déjà. Aujourd’hui, le quartier de la place Kuborn, ses espaces publics, ses voiries, sont entièrement redessinés. Et depuis quelques semaines, un nouvel arrêt ferroviaire place le centre de Seraing à 9 minutes de la gare des Guillemins.

C’est au cœur de ce noyau urbain en mutation que trois îlots industriels à reconvertir sont aujourd’hui proposés aux investisseurs et promoteurs immobiliers privés via une procédure concurrentielle avec négociation. La date limite du dépôt des candidatures auprès de la Régie communale autonome sérésienne Eriges est fixée au 12 septembre prochain à 14 heures (www.eriges.be).

Les chiffres clés

43 millions d’euros - Budget initial

C’est l’enveloppe minimale requise pour porter à bien le développement immobilier du projet global.

17.300 m² - Assise foncière exploitable

C’est la superficie totale, dépolluée et en partie remise à blanc par la Spaque, dont disposera le candidat privé retenu pour y développer son programme immobilier en trois volets.

2023-2025 - Réception et commercialisation

C’est le moment prévu pour mettre sur les rails les derniers wagons de la locomotive Gastronomia.

Stratégiquement situés face à la place, la nouvelle maison communale et le nouveau siège de CMI, les trois vastes fonciers concernés intègrent l’ancien hall industriel (5 et 5a) qui fut un des premiers jalons bâtis scellant l’arrivée de John Cockerill dans la vallée mosane.

Locomotive urbaine

Des locomotives à vapeur y étaient assemblées il y a deux siècles. Le futur lieu rénové en mall, baptisé Gastronomia et dont le caractère industriel sera conservé, sera dédié à l’alimentation sous toutes ses formes.

"Au-delà de ce lieu central unique pour y développer un projet privé dont le fil rouge sera l’alimentation, le marché que nous venons de publier comprend également le développement d’un projet immobilier mixte (logements, bureaux, commerces) sur deux terrains connexes situés à côté des futures halles gourmandes (halls 3 et 8). Il s’agit bien sûr prioritairement de concevoir, réaliser, financer et assurer la gestion (DBFM) des travaux de réhabilitation patrimoniale de cet ancien hall industriel de 3.500 m² en vue de l’aménager en espace commercial et d’en assurer la gestion et le développement. Mais ce premier volet, largement financé sur fonds Feder, sera renforcé intelligemment par la construction, sur un terrain situé juste à côté de cette locomotive commerciale, d’un complexe mixte comprenant deux pôles de commerces (2.900 et 2.000 m²), des bureaux et 81 logements. Un grand parking de 750 places aménagé en élévation (5 niveaux) sur un troisième terrain de 4.900 m² viendra compléter la future offre", détaille Valérie Depaye, la directrice d’Eriges. Celle-ci ajoute d’ailleurs au passage avoir déjà reçu d’une "société voisine" une marque d’intérêt pour occuper les 3.000 m² de bureaux programmés dans le futur projet privé.

Beurre dans les épinards

La phase de sélection des candidats retiendra, dès octobre prochain, maximum 5 équipes invitées à remettre offre détaillée pour février 2019. Au terme de la procédure d’attribution du marché public-privé, le partenaire privé désigné avant l’été prochain deviendra bénéficiaire en direct d’un subside Feder de 9,3 millions d’euros destiné à la réhabilitation patrimoniale des halles, qu’il ne faudra pas tarder à utiliser vu les délais impartis. On parle notamment des dalles de sol, toitures, façades conservées et menuiseries extérieures, prises en charge sur fonds publics. Il acquerra également à un prix déjà fixé les assises foncières, aujourd’hui propriété de la Spaque, en charge de dépolluer le site et de démolir certains halls.

Par contre, le candidat privé devra prendre à sa charge le réaménagement, le développement et la gestion des différents projets immobiliers visés. Au-delà de la réhabilitation financée sous fonds Feder, les budgets pour l’aménagement intérieur de la halle gourmande et pour le projet mixte immobilier sont évalués par Eriges à environ 33 millions d’euros. Ce volet privé du chantier devra être finalisé et commercialisé par phases entre 2023 et 2025.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés