Immobel s'installe à Paris-Opéra

Au fond à droite, l'immeuble que viennent d'acquérir de concert Immobel et le fonds dédié de Pictet. ©google maps

Pictet Alternative Advisors et Immobel ont acquis un immeuble de bureaux de quelque 4.500 m2 dans le quartier Paris-Opéra, par le biais d’une transaction de gré à gré.

Pictet Alternative Advisors et Immobel ont acquis un immeuble de bureaux de quelque 4.500 m² dans le quartier Paris-Opéra, par le biais d’une transaction de gré à gré.

Logé au 73 de la rue de Richelieu (2ème arrondissement), le bâtiment que viennent d’acquérir conjointement Immobel et Pictet (Genève) est vide depuis 2020. "Le départ du précédent locataire a offert une excellente opportunité de réaménagement au sein de l’un des emplacements les plus recherchés de Paris", insiste-t-on chez Immobel pour motiver l’acquisition. Le montant de la transaction est resté confidentiel.

Depuis son entrée sur le marché français, Immobel ne cesse de lorgner activement Paris.

Pictet et Immobel ont l’intention de repositionner l’immeuble de bureaux, après rénovation lourde, sur le marché haut de gamme, notamment au niveau environnemental. Le bâtiment comprend 7 étages et, last but not least, un important parking souterrain de 100 places sur plusieurs niveaux.

Cap confirmé sur la France

Depuis son entrée sur le marché français, Immobel ne cesse de lorgner activement Paris, malgré les prix pratiqués sur le segment du bureau en cœur urbain. En 2018 déjà, Marnix Galle, le président exécutif du groupe de promotion immobilière coté en bourse, insistait sur le dynamisme et la résilience de ce marché pour justifier alors sa montée sur Paris.

Pour concrétiser ses ambitions outre-Quiévrain, il n’avait pas hésité à débaucher des pointures locales, comme Vincent Noirot (ex-Axa Investment Managers). Sur le marché résidentiel, il s’était déjà offert en 2017 un cheval de Troie en acquérant la société de promotion locale Nafilyan & Partners, aujourd’hui entièrement sous faîtière Immobel.

"Je préfère de loin des marchés mûrs que trop cycliques. Je me plais davantage en Espagne ou en France, des pays plus avancés dans le processus de stabilité, de justice et de transparence. Et clairement, j’ai été séduit par Emmanuel Macron. C’est lui qui a été le déclencheur. Il éprouve des difficultés à faire bouger les lignes, mais il se bat", nous confiait il y a déjà 3 ans le patron.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés