Immobel, sur orbite, gonfle son dividende de 10% pour l'exercice 2018

Lindepark, Tervuren ©Jaspers-Eyers Architects

Avec un chiffre d’affaires doublé à 316 millions d’euros, un Ebitda de 75 millions et un bénéfice net de près de 57 millions, la société de promotion immobilière cotée en Bourse de Bruxelles atteint une confortable vitesse de croisière.

Marnix Galle, le président exécutif du groupe Immobel, n’était pas peu fier de ses résultats 2018, publiés ce vendredi. Et il prévoit déjà trois cuvées vintage jusqu’en 2021, au vu du carnet de commandes et de la stratégie mise en place à l’international depuis deux ans. "Le doublement du chiffre d’affaires s'explique par la progression des ventes dans le segment résidentiel en Belgique, au Luxembourg et en Pologne (+38%) et par la vente d'un immeuble de bureaux en Pologne (Cedet) pour un montant de 120 millions d’euros", précise le patron.

Le complexe de bureaux Cedet, à Varsovie, vient d'être vendu 120 millions d'euros.

La contribution à des projets lancés en joint-venture en Belgique et au Luxembourg, notamment avec Thomas & Piron Bâtiment ou CFE-BPI, ont dopé l’Ebitda. Et, plus rassurant encore pour les investisseurs à long terme, le portefeuille de développement actuel comprend plus de 822.000 m² à mettre en oeuvre, dont 800.000 m² répartis un peu partout en Belgique. Sur le marché historique national, plus de 10 projets résidentiels ont été lancés en 2017, pour un total de 154.200 m², confortant un chiffre d’affaires de 123 millions d’euros, quasi identique à celui engrangé sur le marché polonais.

Résidentiel d’abord!...

Lindepark, Tervuren ©Jaspers-Eyers Architects

"Plus de 50 % de nos résultats nets proviendront cette année du secteur résidentiel et cette tendance devrait se poursuivre au cours des prochaines années", précise Alexander Hodac, le CEO du groupe Immobel. En prenant 30% des parts d’Urban Living Belgium, la société pilotée par la famille anversoise Cavens qui aligne pour l’instant 10 projets (± 130.000 m²), Immobel a élargi d’un coup son portefeuille de développement, principalement en Flandre (Anvers et Gand).

Au Luxembourg également, le groupe belge étend à nouveau sa toile, avec trois projets résidentiels urbains significatifs, à Laangfur (22.600 m²), Cat Club (4.300 m²) et Mamer & Beggen (13.800 m²).

...Mais pas seulement

En rachetant l’immeuble Belliard 5-7, à l’angle avec la rue du Commerce, au coeur du quartier européen à Bruxelles, le promoteur remet aussi un pied dans le quartier européen, en pleine refonte. Parallèlement, il est aussi entré sur le marché du développement de bureaux à Paris. "C’est Julien Michel, le nouveau directeur général de Immobel France Tertiaire, qui pilotera cette tête de pont parisienne", rappelle Marnix Galle.

Francfort, tour mixte

Récemment, Immobel a également pris position sur le marché allemand en acquérant le projet résidentiel emblématique de 20.000 m² à Francfort, confirmant son souci de diversification sur tous les marchés urbains européens où la demande est soutenue et de qualité. "Nous y sommes d’ailleurs à l’affût de projets pour monter rapidement en taille et en résultats", ajoute Alexander Hodac.

Enfin, rappelons encore qu’Immobel et Fort Partners ont conclu des négociations exclusives avec le Groupe Four Seasons pour développer un nouveau complexe hôtelier de luxe à Marbella sous enseigne Four Seasons. A nouveau, le mot d’ordre est la diversification géographique et fonctionnelle.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n