Indigo Park emporte le parking Loi malgré la résistance d'Interparking

Interparking a exploité durant 50 ans le parking Loi, avant de se voir contraint, fin de l'an dernier, de participer à l'appel d'offres pour la nouvelle concession de dix ans.

La concession pour l'exploitation du parking Loi au cœur de Bruxelles est âprement disputée par deux entreprises, Indigo Park et Interparking. La deuxième a gagné une manche au Conseil d'État, en vain...

Les sociétés Interparking et Indigo Park Belgium se disputent la concession du parking Loi, au cœur du quartier européen de Bruxelles. La première avait obtenu la concession remise en jeu fin de l'an dernier par l'Agence du stationnement de la Région bruxelloise, mais la seconde a contesté cette décision devant le Conseil d'État. Interparking y a gagné la première manche dans un arrêt rendu le 30 janvier 2020, mais depuis lors, l'Agence a modifié ses critères d'attribution, de sorte qu'au final, c'est toujours Indigo qui emporte le marché...

Le Conseil d'Etat a décidé, dans son arrêt rendu le 30 janvier, de suspendre l'octroi de la concession à Indigo Park Belgium.

Rétroactes... Le parking Loi, qui propose 1.100 emplacements de parking en sous-sol rue de la Loi, est entré dans sa 51e année. Cette précision calendaire n'a rien d'anecdotique, car le bail emphytéotique dont disposait Interparking pour l'exploiter a expiré au bout de 50 ans, le 19 novembre dernier. La Région bruxelloise, à nouveau pleinement propriétaire des lieux, a chargé son Agence du stationnement (parking.brussels) d'en reprendre la gestion opérationnelle. Celle-ci a dès lors lancé une procédure d'attribution d'une concession de services, pour dix ans d'exploitation.

La société Indigo Park Belgium, filiale belge du groupe détenu par le fonds Ardian et le Crédit Agricole Assurance, avait été choisie fin de l'an passé à l'issue de l'analyse des quatre offres remises à parking.brussels. Mais la deuxième classée, Interparking, contrôlée à 51% par AG Real Estate, a contesté ce choix devant le Conseil d'État (L'Echo du 9 janvier). Elle a introduit deux recours, demandant d'une part la suspension en urgence de l'exécution de la décision, et d'autre part son annulation. Le Conseil d'État vient de trancher dans le premier les deux recours: il a décidé, le 30 janvier, de suspendre l'octroi de la concession à Indigo.

Quatre candidats

L'Agence avait demandé aux candidats d'envisager deux possibilités d'exploitation: une "offre de base" pour l'optimisation, l'équipement et la gestion du parking pour 800 places, plus 200 places pour accueillir des vélos; et une offre pour la "variante obligatoire", qui revenait à équiper et gérer le parking sans modifications importantes. Elle comptait juger les offres selon trois critères, le prix, la qualité des équipements et la qualité du service.

1,6 à 2,2 millions d'euros
Chiffre d'affaires du parking
Les différents scénarios évoqués dans le cadre des offres font état d'un chiffre d'affaires annuel de 1,6 à 2,2 millions pour l'exploitation du parking Loi.

Quatre entreprises ont remis une offre: Indigo Park, Interparking, Apcoa et Effia. Les deux dernières ont été battues par les deux premières sur la plupart des critères. Indigo et Interparking ont en revanche été au coude-à-coude: Indigo a été classée première pour l'offre de base avec 94,6 points, devant Interparking, 85,3 points, mais leurs positions se sont inversées pour la variante obligatoire, où Interparking a obtenu 95,1 points contre 84,7 à Indigo.

Au passage, on retiendra que les différents scénarios évoqués dans ce cadre faisaient état d'un chiffre d'affaires de 1,6 à 2,2 millions d'euros pour un an d'exploitation.

L'Agence a finalement retenu l'offre d'Indigo en ne retenant que les scores obtenus pour l'offre de base. Elle a estimé que ce marché serait "le plus cohérent et équilibré dans le contexte actuel et futur du parking".

Critères modifiés

Devant le Conseil d'État, Interparking a contesté que l'Agence ait écarté la variante obligatoire pour ne retenir que l'offre de base, plus favorable à Indigo. Alors que le cahier des charges imposait de remettre offre pour les deux modalités d'exploitation du parking... La défense de l'Agence a rappelé que les règles relatives aux concessions sont plus souples que celles sur les marchés publics. Elle a argué que sa cliente pouvait faire usage de cette souplesse pour ne retenir au final qu'un des types d'offres. Elle a ajouté qu'on pouvait déduire d'une lecture fine du cahier des charges qu'il s'agissait bien là de l'objet principal du marché.

"On a refait une évaluation des offres sur les nouvelles bases (découlant de l'arrêt du Conseil d'Etat) et on a obtenu le même résultat."
Pierre Vassart
Porte parole de l'Agence du stationnement de la Région bruxelloise

Argumentaire balayé par le Conseil d'État, pour qui le cahier des charges n'instaurait aucune priorité entre les deux modalités. Il fallait donc s'en tenir aux deux types d'offres, selon lui, l'offre de base et la variante. Raison pour laquelle il a suspendu la décision favorable à Indigo.

Que va-t-il se passer désormais? Depuis l'arrêt, l'Agence a modifié sa manière de calculer les critères en suivant les conclusions du Conseil d'État. "On a refait une évaluation des offres sur ces nouvelles bases et on a obtenu le même résultat", nous explique son porte-parole Pierre Vassart."En clair: Indigo emporte à nouveau le marché. S'il veut le contester à nouveau, il ne reste plus que quelques jours à Interparking pour déposer un nouveau recours."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés