mon argent

La crise sanitaire fait chauffer le prix des appartements neufs

Le prix de l'appartement d'entrée de gamme a surchauffé dans la capitale ces trois derniers mois, et ce, malgré la crise sanitaire. ©BELGAIMAGE

Malgré le confinement et le gel momentané des transactions, le marché immobilier reste en bonne santé. Les prix des appartements neufs d’entrée de gamme ont même la fièvre.

Le dernier indice trimestriel Trevi des prix de l’immobilier résidentiel confirme, malgré la crise sanitaire, une hausse moyenne de 4% sur base annuelle, avec quelques variations selon les régions et les types d’habitations. Mais ce qui retient surtout l’attention dans le baromètre publié ce lundi, c’est la hausse de 8% enregistrée sur les biens d’entrée de gamme en Région bruxelloise.

Depuis début septembre, les clients passent à nouveau à l’action en remettant leurs biens en vente.
Eric Verlinden
Patron du réseau Trevi

Selon Eric Verlinden, le patron du réseau Trevi, cette bouffée de chaleur plus importante que prévu provient essentiellement d’une diminution de l’offre couplée à une demande énergique et constante tant de la part des acheteurs occupants que des investisseurs.

"Ce déséquilibre, que nous avions annoncé et redouté, entre pénurie de l'offre et demande soutenue sur le marché du neuf semble maintenant se répercuter sur le marché secondaire. Et la conséquence inéluctable est une augmentation progressive des prix sur le segment des biens les plus courus", constate-t-il.

L’effet Covid … là où on ne l’attendait pas

Un autre constat important posé par Eric Verlinden est le report des décisions de mise en vente durant plusieurs mois et ses conséquences actuelles. "Alors que certains annonçaient un écroulement de la demande, lui-même consécutif aux effets économiques de la crise sanitaire, le marché a balayé ces prévisions et s’est autorégulé par le report d’un certain nombre de mises en vente. Cette diminution temporaire de l’offre, que nous avions sous-évaluée, a approché 8%. Mais depuis début septembre, les clients passent à nouveau à l’action en remettant leurs biens en vente. Si cette réalité de marché devait se confirmer, nous éviterions une surchauffe sur les prix", prédit le patron. 

-8%
Durant les trois derniers mois, la quantité de logements affichés à la vente a chuté de 8%.

Pour ce dernier, la seule réelle crainte à prendre en compte aujourd’hui concerne l’environnement économique des 6 prochains mois. "Nous le répétons régulièrement: le marché immobilier a besoin de stabilité et de visibilité. Nous pensons que la formation du gouvernement couplée à la mise en route d’un vaccin sont des signes positifs et rassurants. Reste la manière dont ce gouvernement va se donner des moyens financiers. Nous avons urgemment besoin de messages clairs pour dissiper les doutes des investisseurs en matière de fiscalité", insiste le pilote de l’indice créé il y a 15 ans déjà. 

Toutes les réponses à vos questions sur l’immobilier

Vous voulez acheter ou vendre, vous êtes locataire ou propriétaire, vous voulez construire ou rénover votre habitation ? Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur l’immobilier se trouvent sur Mon Argent. Avec en prime, des analyses qui vous permettent de comprendre l’actualité immobilière et faire les meilleurs choix pour vos finances personnelles.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés