portrait

Le booster de talent familial du holding Brenninkmeijer

L'IPO de Novem et ses intérieurs pour voitures de luxe remonte jusqu'à la famille néerlandaise la plus riche et son "booster de talent", Lawrence D. Brenninkmeijer.

Lawrence D. Brenninkmeijer, c’est la personne la plus visible quand vous allez sur le site du  holding Cofra, ou peut-être devrait-on dire la moins discrète. Sa fonction? Directeur du "Family leadership and development", sorte de booster de talent au sein des membres de la famille Brenninkmeijer.

Le holding familial des Brenninkmeijer cultive une grande discrétion, peut-être typique de ces familles d’entrepreneurs à succès sur de nombreuses générations.

Si on parle aujourd’hui de Cofra, c’est pour parler voitures, plutôt intérieur de voitures très haut de gamme. Le groupe Novem, filiale de l'empire Brenninkmeijer, réalise en effet des intérieurs pour des marques comme Porsche, Maserati, BMW etc.

La société veut effectuer une IPO et lever en juillet 50 millions d’euros en actions nouvelles. Les Brenninkmeijer envisagent également de se séparer d’une partie de leurs parts dans l’entreprise.

La valorisation de Novem pourrait se situer à 1,5 milliard d’euros. Novem estime que le timing est bon alors que le marché de la voiture de luxe se porte actuellement très bien et se joue de la pandémie. Après le succès de l'IPO de Ferrari, Porsche envisagerait d'ailleurs de faire de même.

Un empire financier

Cela n’est finalement pas grand-chose pour Lawrence D. Brenninkmeijer et sa famille. Selon la liste des Néerlandais les plus riches établie par Quote 500, la famille Brenninkmeijer pèse 22 milliards d'euros. Elle est tout simplement la famille la plus riche des Pays-Bas.

La princesse Carolina Bourbon de Parme, cousine de William-Alexander, roi des Pays-Bas, est l'épouse d'Albert Brenninkmeijer.

Si le nom de famille ne vous dit rien, la marque créée par les deux frères Clemens et August Brenninkmeijer (pour C&A) en 1841 vous parlera certainement.

Six générations et de nombreuses récessions plus tard, C&A est toujours bien sur pied avec ses 30.000 employés en Europe.

Depuis la chute du mur de Berlin, les affaires de la famille ont décollé. Via ses différents holdings, sociétés et fonds (Athos, Bregal, C&A, Redevco et Sunrock), la famille est très diversifiée. Dans l'immobilier, devenu une vache à lait du holding, Redevco possède notamment en Belgique le Galeria Inno d'Anvers, le shopping Hydrion d'Arlon ou le BIX de Waterloo.

Si l'histoire de la société est complexe, comme l'explique Forbes en 2016, il y a une constante: le holding est depuis sa création géré par un membre de la famille en ligne directe des deux fondateurs.

"Les membres de la famille éligibles promettent de contribuer au mieux de leurs capacités."
Lawrence D. Brenninkmeijer

"La propriété, ici, est une question de responsabilité, pas de possession", assure Lawrence D. Brenninkmeijer, sur le site de Cofra. "En relevant le défi, les membres de la famille éligibles promettent de contribuer au mieux de leurs capacités, selon les besoins du groupe, de se développer eux-mêmes et de développer les autres autour d'eux et d'essayer de faire passer le bien commun avant l'intérêt personnel - diriger, c'est servir", enchaîne-t-il.

La famille elle-même devient de plus en plus large après chaque décennie. Elle se décrit aujourd'hui comme "une communauté".

Le profil du holding familial

  • Clemens et August Brenninkmeijer ont fondé C&A en 1841. Lawrence est de la sixième génération.
  • La première boutique naît dans l'entrepôt de Sneek aux Pays-Bas, en 1860. Le surnom des business familiaux est d'ailleurs devenu le "Sneekerkring".
  • En 1999, Redevco est créée pour capitaliser sur le savoir-faire immobilier du holding familial.
  • En 2001, Cofra devient le holding centralisé de la famille. Il est basé en Suisse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés