Le maître architecte lance deux concours sur des projets bruxellois emblématiques

(© Marc Detiffe)

Les services de Kristiaan Borret lancent des concours pour la réhabilitation des anciens sièges d'AXA Belgium et de Dexia.

Alors que le mandat du maître architecte de la Région bruxelloise Kristiaan Borret arrive à son terme et que la sélection de son successeur bat son plein, à moins qu'il soit reconduit, ses services multiplient les effets d’annonce de taille. Les deux derniers projets lancés atteindront un budget de réalisation dépassant largement les 100 millions d’euros.

Faire revivre la Royale Belge

Le premier projet se situe à Boitsfort, au cœur du parc Seny, et a déjà fait couler beaucoup d’encre. Les murs conçus dans les années soixante pour l’ancienne Royale Belge, occupés jusque 2017 par AXA Belgium, sont désespérément vides depuis et quasi à l’abandon.

Cet immense ensemble monofonctionnel aux vitres cuivrées et à l’ossature d’acier corten, entouré d’un terrain verdoyant d’une dizaine d’hectares, a été récemment revendu par son propriétaire, Cofinimmo, à un consortium de promoteurs rassemblant Cores, Urbicoon et Foresite sous la faîtière Souverain 25 S.A. Il est depuis visé par un projet de reconversion mixte capable d’accueillir une variété de fonctions et de devenir "un lieu où il sera possible de travailler mais également de vivre et de se divertir". Le bâtiment ayant été placé sur la liste de sauvegarde, il s’agira de "respecter  l’architecture moderniste et de préserver au mieux le bâti".

En partenariat avec les services du maître architecte, qui supervisera le marché, les maîtres d’ouvrage sont à la recherche d'un auteur de projet capable de mettre en lumière la qualité unique du bâtiment. Dans un deuxième temps, les nouveaux propriétaires compléteront l'équipe avec un expert en patrimoine, un expert Natura2000, un architecte paysagiste et (éventuellement) un bureau d’architectes d’exécution. 

Les candidatures doivent être déposées le 7 novembre au plus tard. Le chantier global est estimé à plus de 40 millions d’euros pour plus de 65.000 m² à reconvertir.

Une nouvelle identité pour la Police

Le second projet visé est savamment dissimulé derrière la cathédrale des Saints Michel et Gudule, en plein Pentagone. Il s’agit de l’ancien siège Dexia de la rue de Ligne, racheté par la Ville de Bruxelles voici trois ans pour la bagatelle de 27 millions d’euros, remembré ensuite (tréfonds et murs), car l’emphytéose appartenait toujours à Cofinimmo. Le bourgmestre Philippe Close, qui couve l’idée depuis 5 ans, souhaite y rassembler les unités de Police de Bruxelles-Capitale et Ixelles, aujourd’hui dispersées sur plusieurs sièges complètement obsolètes.

©google streetview

Construit fin des années septante, l’immeuble de bureau concerné par le projet est lui aussi obsolète. Le défi sera de le transformer en profondeur, en ce compris son auditorium, une salle voûtée et un grand parking souterrain à sécuriser. À l'avenir, le bâtiment combinera un large éventail de fonctions: administratives et de formation, mais aussi un centre de crise, un complexe de cellules, des salles d’interrogatoire, un restaurant d'entreprise, des installations sportives et des espaces accessibles aux visiteurs. Des places de stationnement doivent être prévues pour des véhicules prioritaires et certaines fonctions doivent être opérationnelles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Pour mener à bien ce projet complexe, la Ville de Bruxelles recherche une équipe pluridisciplinaire. Celle-ci devra "accorder une attention particulière au réemploi intelligent du bâtiment existant dans son contexte, tout en lui donnant une nouvelle identité reflétant les ambitions et l'esprit de la police et en façonnant ce projet de manière durable".  Rien moins.

Les candidatures doivent parvenir avant le 14 novembre prochain. Là aussi, le budget de construction est solide et dépassera 70 millions d’euros, soit un total estimé à 100 millions d’euros avec le prix d’achat des murs.

Les dossiers retenus seront, dans les deux cas, rapidement sélectionnés, avant visites des sites et envoi des cahiers des charges détaillés. Ils seront, dès janvier prochain, sur la table du futur maître architecte, soit Kristiaan Borret, s’il est reconduit, soit son outsider qui monte, Benoît Moritz.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect