Publicité
mon argent

Le nombre de transactions immobilières a bondi de 20% sur un an

67 appartements neufs, livrés en 2023, viennent d'être mis en vente à Evere, rue Colonel Bourg, avec un taux de TVA parfois réduit à 6%. Ce genre d'offre, trop rare pour l'instant dans la capitale, trouve rapidement preneur. ©Latour&Petit

Les notaires publient ce vendredi un baromètre immobilier trimestriel qui chiffre par province la surchauffe d’activité vécue ces neuf derniers mois. Et les prix négociés dans les études, eux aussi, dépassent largement l’inflation.

Contrairement à ce que donnait à penser le dernier indice Trevi (voir L’Echo du 4/10), rien dans le baromètre trimestriel des notaires n'indique que l’activité et les prix sont déjà sensiblement en phase de décrue. "La tendance que les notaires ont déjà observée durant les six premiers mois de 2021 se poursuit: le marché immobilier belge reste actif et le nombre de transactions immobilières a augmenté tant par rapport à 2020 (+20,4%) que par rapport aux neuf premiers mois de 2019 (+16,2%)", dernière année-repère avant pandémie, constate la Fédération du Notariat (Fednot).

+26%
de transactions
C'est le record provincial affiché depuis un an par la province de Luxembourg, juste devant le Namurois (+22,6%).

C’est en province de Luxembourg que les études notariales ont le plus surchauffé ces neuf derniers mois, avec une hausse d’activité de +26%, pour 22,6% dans le Namurois et "seulement" 15% en Brabant wallon qui, par contre, affiche pour les maisons la hausse de valeur la plus importante sur 5 ans (+29%), juste devant la province verte (+28%).

Pour la première fois, Fednot a également ventilé, dans son analyse chiffrée de l’activité immobilière, la proportion des maisons, appartements et terrains qui ont changé de main. Et il en ressort une érosion progressive, d’année en année, de la part des maisons dans le total des transactions au bénéfice des terrains et des appartements. 

Prix toujours en hausse

+25%
sur 5 ans
C'est la hausse de prix moyenne enregistrée à la revente sur le segment de l'appartement en Région bruxelloise.

Si l’on ne tient pas compte de l'inflation, le prix moyen d'une maison en Belgique a augmenté de +6,6% par rapport à 2020, pour atteindre 295.367 euros (hors frais). Compte tenu d’une inflation proche de 2%, cela représente une hausse réelle lorgnant les 5%. Pour les appartements, l’augmentation réelle reste limitée à 3%. Un appartement coûte actuellement 256.689 euros en moyenne sur le marché belge, avec des variations toujours aussi importantes d’une province à l’autre. Si on fait abstention du littoral, l’écart maximal se situe entre le Hainaut (158.762 euros hors frais) et la capitale (284.256 euros), où la hausse sur 5 ans atteint 25% sur le segment de l’appartement.

L’inflation comme arbitre

"L’augmentation des prix - à relativiser toutefois vu l’inflation grandissante – reste bien sensible ces neuf derniers mois", ajoute Renaud Grégoire, se démarquant ainsi des constats posés par le réseau Trevi il y a quelques jours. Par contre, le notaire hutois admet que la hausse des prix actuelle, couplée à l’inflation croissante, seront de nature à motiver une hausse des taux d’intérêts hypothécaires à long terme. "Cette augmentation des taux viendra inévitablement calmer la demande", conclut Renaud Grégoire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés