Publicité

Le nouvel hôpital de Wavre-sud présenté à la population

L'annonce de la RIP, la réunion d'information préalable, organisée ce lundi soir par la commune de Wavre.

Le futur hôpital de Wavre-sud a été présenté à la population ce lundi soir par les autorités locales et les porteurs de projet. Il était temps: dans le quartier, les riverains se mobilisent. Plus de 300 personnes étaient présentes.

Il est censé remplacer, avec une ouverture toujours prévue en 2028, l'actuelle clinique Saint-Pierre, qui délocalisera alors ses services des hauteurs d'Ottignies à celles de Wavre. Depuis peu, les riverains multiplient d'ailleurs panneaux et calicots dans le quartier, pour marquer leur opposition au projet qui risque bien de secouer passablement leur quotidien.

Le futur hôpital sera logé à l'intersection entre la voie rapide N25 et l'autoroute E411. ©Assar Architects

La nouvelle infrastructure hospitalière de taille (80.000 mètres carrés, 425 lits agréés) devrait prendre place à l'intersection entre la N25 reliant Wavre à Grez-Doiceau et l'autoroute E411 (sortie 8a).

La nouvelle infrastructure hospitalière de taille (80.000 mètres carrés, 425 lits agréés) devrait prendre place à l'intersection entre la N25 reliant Wavre à Grez-Doiceau et l'autoroute E411 (sortie 8a). Le foncier concerné est un terrain de 15 hectares, acquis par le pouvoir organisateur de la clinique, et situé le long du chemin des charrons, jouxtant l'emplacement actuel du Domaine du Blé (spécialisé dans l'organisation d'événements et de soirées à thème) qui pourrait ou pas disparaître en fonction des tractations actuellement toujours en cours.

L'implantation exacte du futur hôpital, telle que présentée ce lundi aux riverains. ©Assar Architects

C'est là, le long de la voie rapide, que 1.350 places de parking devraient être logées, reliées aux voiries voisines via une nouvelle bretelle circulaire. Des zones tampons végétalisées devraient venir adoucir les nuisances pour les quartiers résidentiels logés en contrebas, déjà condamnés à cohabiter avec l'autoroute toute proche.

Jean Massa et Guy Standaert, les architectes responsables du projet, misent sur la végétalisation de la moitié du foncier et les courbes de niveau importantes pour intégrer le nouveau complexe hospitalier dans le quartier. ©Assar Architects

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés