Le quartier wavrien du Val Véna pousse sur les ruines de l'athénée Folon

©Pierre Blondel

Les ruines de l’ancien Athénée Folon, à l’abandon depuis plus de 20 ans, vont être transformées en nouveau quartier résidentiel à Wavre.

L’Agence de Promotion Immobilière du Brabant Wallon (APIBW) et le promoteur DPI (JF Thiran/Thomas&Piron Bâtiment) ont officiellement lancé le chantier de rénovation lourde-reconstruction qui transformera les ruines de l’ancien Athénée Folon, à l’abandon depuis plus de 20 ans, en nouveau quartier résidentiel. Ce dernier, baptisé Val Véna par les porteurs public et privés du projet, va enfin effacer du paysage wavrien un chancre urbain inadmissible.

Disparition d’un chancre public

©Pierre Blondel

Situé le long de la chaussée de Bruxelles à Wavre-Nord, le nouveau quartier sera constitué de 152 logements répartis sur 6 immeubles. Le bâtiment principal existant sera désossé et réhabilité en appartements. 5 nouveaux bâtiments seront construits en étoile. Tous les appartements situés au rez-de-chaussée posséderont un jardin et des terrasses agrémenteront tous les logements. C’est le bureau Pierre Blondel Architectes qui a dessiné l’ensemble et misé sur des terrasses en gradins et des immeubles en escaliers.

Les abords proposeront aussi de nouveaux espaces verts publics, des chemins de promenade et une pièce d’eau paysagère. La mixité des logements (1, 2, 3 chambres et quelques lofts) et des surfaces (de 65 à 197 m²) vise tous les publics. La particularité du partenariat public-privé, entre l’APIBW et DPI, est de mettre à disposition des logements en-dessous du prix du marché, sous certaines conditions d’accès déjà expérimentées par la Régie provinciale.

©Pierre Blondel

Pour Mathieu Michel, le Président de l’APIBW, "la plupart des prix de l’immobilier en Brabant Wallon (terrains et/ou bâtiments) sont supérieurs aux capacités d’emprunt des ménages à revenus modérés. Ces derniers sont progressivement contraints de s’éloigner pour trouver des logements à des prix plus accessibles ailleurs. Sans intervention des autorités publiques, la mixité sociale pourrait à moyen terme être mise en péril au sein du territoire provincial."

Commercialisation lancée

88 logements sur 152 seront donc vendus à des prix avantageux allant de 148.000 à 313.000 euros. Les 64 autres biens (commercialisés entre 182.000 et 401.000 euros) seront vendus aux prix de marché aux personnes ne rentrant pas dans les conditions permettant une acquisition à tarif réduit. La livraison des appartements est prévue après l’été 2021.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect