Le siège bruxellois de l'Inami sera reconstruit par un promoteur de Hasselt

Le siège historique de l'Inami, avenue de Tervueren, vient d'être vendu. ©Cushman&Wakefield

Un promoteur immobilier hasseltois a fait la meilleure offre pour redessiner le siège historique de l’Inami, avenue de Tervueren à Etterbeek. L’offre doit encore être validée par le gouvernement fédéral.

Sur le site du conseil en immobilier Cushman & Wakefield, mandaté pour cette opération qui défraie la chronique immobilière depuis des mois, l’annonce figure toujours en bonne place. "Intéressé? Contactez-nous pour recevoir le NDA (Non Disclosure Agreement, NDLR) et plus d'informations", y est-il toujours stipulé en fin de descriptif. 

60
millions €
C'est le montant total que devrait offrir à l'Etat le revente des murs de l'Inami.

Mais selon nos informations, le deal est clôturé: le siège de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami) a trouvé acquéreur. Et le candidat retenu- le plus offrant au terme du dernier round - est un promoteur de Hasselt, Kolmont, encore trop peu connu dans la capitale. Du moins emporte-t-il la mise pour le grand immeuble de quelque 20.000 m². Le second, plus petit (10.000 m²), aurait été attribué à Belfius. Les montants offerts dépasseraient 2.000 euros le m², soit une coquette enveloppe de 60 millions d’euros pour les caisses de l’Etat.

Contacté, Kolmont se refuse à tout commentaire tant que le contrat n’a pas été validé par l’autorité de tutelle, à savoir le gouvernement fédéral.

Marché de taille

©Capital Markets Office

L’objet du marché est important. Il s’agit de la vente de deux complexes de bureaux idéalement situés à quelques pas du parc du Cinquantenaire, totalisant plus de 30.000 m² bâtis, avec 350 parkings en sous-sol et des espaces verts.

L’objectif de Kolmont est de conserver la structure (gros-œuvre) et de redévelopper un complexe résidentiel sur la majeure partie du site, avec des espaces pour professions libérales en rez d'immeuble. Celui-ci sera vacant d’ici un an, ce qui lui laisse le temps d’encore sonder le marché avant d’affiner son projet.

Sur le trottoir d'en face 

Avenue de Tervueren également, le siège bruxellois de la Raffinerie Tirlemontoise vient d'être mis en vente. ©Cushman&Wakefield

Juste en face, sur la même avenue, un autre calicot de taille vient d'être posé sur la façade du siège de la Raffinerie Tirlemontoise par le même agent immobilier. Aux dernières nouvelles, mandat lui aurait été donné pour revendre également les murs des bureaux bruxellois de la société, qui se prolongent discrètement derrière la façade à rue. Eux aussi devraient sous peu être redéveloppés en logements. Mais la procédure de commercialisation ne fait que débuter.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés