Le site de RTT Lessive est en faillite

©rv

A vendre: site de 5 hectares se composant de bâtiments et d’immenses antennes paraboliques. Ex-propriété de l'ex-Belgacom. Situé à Rochefort. Un grand pan d'histoire belge.

La faillite du site de RTT Lessive a été prononcée le 24 octobre dernier par le tribunal de commerce francophone de Bruxelles. Dans la foulée, l’avocat Vincent Terlinden a été nommé curateur. Il sera chargé de vendre le site de 5 hectares qui se compose de bâtiments et d’immenses antennes paraboliques. Il a déjà pris des contacts avec des sociétés étrangères actives dans le même secteur d’activité, mais son prédécesseur, Claude Bontinck, nommé mandataire de justice, avait échoué dans cette voie.

Si personne ne reprend le site, le matériel devrait être démonté et revendu. Les terrains pourraient alors être vendus séparément. Le site, qui faisait la fierté de Belgacom, a été vendu à des Indiens en 2007.

Le site avait été vendu en 2007 par Belgacom à BSS. Les dernières activités étaient essentiellement tournées vers la téléphonie au Soudan et au Kenya.

Des mois difficiles

©BELGAIMAGE

L'été meurtrier pour le site de RTT Lessive, à Rochefort. Les antennes paraboliques ayant fait la fierté de Belgacom pendant des décennies n'ont séduit aucun repreneur. Le matériel, devenu obsolète, est quasiment invendable, Claude Bontinck, le mandataire de justice chargé à l'époque de la revente du site, l'avait admis en septembre. "Le site de RTT Lessive est impressionnant. Il y a des bureaux dans un état impeccable, un auditorium de 200 personnes et 60.000 mètres carrés de terrain", avait décrit Claude Bontinck en début d'année.

→ Lors d'une évaluation réalisée en 2013, les immeubles du site de RTT Lessive avaient été estimés à 10,6 millions d'euros, contre 16,2 millions pour les installations techniques.


Quelques candidats ont bien fait preuve de marques d'intérêt pour ce site cet été - des Chinois, des Indiens et des Luxembourgeois -, mais ils voulaient faire un audit de la clientèle de Belgium Satellite Services (BSS, le nom commercial de RTT Lessive).

Seulement, au cours de l'été, un des principaux clients de BSS a retiré environ 80% de son chiffre d'affaires. Dans ces conditions, a plaidé le mandataire de justice, pas évident de convaincre qui que ce soit de mettre des billes dans l'affaire. Pour couronner le tout, Eutelsat, un des principaux créanciers de BSS, a fait appel d'une caution de plus d'un million d'euros au cours de ce même été probablement fatal à l'ancien site de RTT Lessive.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content