Le Woluwe Shopping passera sous bannière néerlandaise dès février

©Jaspers-Eyers/Altiplan

Le W Shopping Center passe dans le giron du Néerlandais Eurocommercial Properties. Celui-ci met la dernière main à la reprise du centre commercial bruxellois pour 468 millions d’euros.

L’offre de rachat émanant d’Eurocommercial Properties, foncière cotée à la Bourse d’Amsterdam, date d’octobre dernier déjà. Depuis lors, un accord exclusif avec due diligence a pris cours, notamment pour analyser de près le projet d’extension du Woluwe Shopping Center lancé il y a plus de dix ans et toujours au frigo.

Vendredi dernier, la direction néerlandaise d’Eurocommercial Properties a officiellement confirmé être arrivée dans la dernière ligne droite de l’opération de rachat en cours. Idem du côté du Certificat Foncier, la S.A. propriétaire des certificats de placement immobilier, actuellement propriétaire des murs et du projet d’extension.

La transaction en cours sera entièrement bouclée fin février, apprend-on. Les certificats immobiliers Woluwe Shopping Center et Woluwe Extension disparaîtront alors définitivement de la Bourse. Pour les certificats Woluwe Shopping Center, le prix de l’offre revient à environ 2.800 euros bruts. Pour le certificat Woluwe Extension, il s’élève à environ 1.140 euros bruts et 810 euros nets.

Acquisition sous régime FIIS

On apprend par ailleurs que l’actif racheté sera logé dans une société FIIS, le derniertype de fonds d’investissement immobilier offert aux investisseurs internationaux sur le marché belge. Celui-ci offre un régime attrayant sur le plan fiscal et réglementaire, avec une exit tax réduite à 17%.

Selon l’acquéreur néerlandais coté en bourse, le prix de rachat global, droits d’enregistrement compris, avoisine 468 millions d’euros. Le rendement estimé se situe juste sous la barre des 4%, en ligne avec les actifs comparables sur le marché belge. Le Woluwe Shopping a ouvert ses portes en 1968. Une extension en rotonde et un parking adjacent ont été ajoutés en 1989. La dernière rénovation date de 2004. Le centre commercial offre aujourd’hui une surface commerciale brute de 46.000 m² (pour 60.000 m² bâtis) et affiche, pour les 121 magasins présents, une fréquentation annuelle oscillant entre 6,5 millions et 7,8 millions de visiteurs.

Rénovation et extension in situ

À ce stade, Eurocommercial devient propriétaire de 23.000 m² de surfaces commerciales et de la totalité du reste des espaces ouverts, des murs et des parkings, ainsi que du projet d’extension, qui représente sur papier quelque 10.000 m² de surface commerciale brute supplémentaire. Deux sociétés appartenant à AG Real Estate restent actuellement propriétaires des murs du magasin Galeria Inno (8.000 à 12.000 m²), du supermarché Match (2.100 m²) et de cinq autres surfaces commerciales.

Remembrement programmé?

Quand on lui pose la question de savoir si un remembrement complet du W Shopping fait partie des plans du nouvel acquéreur, celui-ci ne ferme pas la porte, mais tempère. "En théorie, sur papier, réunir l’ensemble des murs sous une seule faîtière a du sens, mais pour l’instant, il nous faut d’abord digérer cet investissement de taille avant de parler d’investissement supplémentaire. Le temps nous le dira… Vous savez, avec ce seul deal toujours en phase d’achèvement – le contrat est signé mais nous n’avons pas encore finalisé le paiement , la Belgique représente déjà 10% de l’ensemble de notre portefeuille. En outre, il nous faut être sur le terrain pour valoriser au mieux cette dernière acquisition dans notre portefeuille, en faisant croître sa valeur en partenariat avec AG Real Estate, en gérant la rénovation et l’extension en cours et en garantissant un rendement récurrent solide et à long terme à nos actionnaires. C’est la raison pour laquelle je me rendrai au moins une fois par semaine à Bruxelles dorénavant", tempère depuis ses bureaux londoniens Tom Newton, le directeur des acquisitions chez Eurocommercial.

La société fondée en 1991 et qui gère actuellement un portefeuille de 32 propriétés commerciales évalué à environ 4 milliards d’euros n’est pas une inconnue sur notre marché où elle a déjà géré d’autres actifs immobiliers précédemment.

Interrogé sur la stratégie d’acquisition future de son groupe spécialisé dans la gestion à long terme d’actifs immobiliers commerciaux, le directeur des acquisitions ne cache pas ses ambitions. "Notre objectif, à moyen terme, est de diversifier au maximum le risque pour nos actionnaires, à parts égales dans tous les pays où nous sommes présents: la France, l’Italie, la Suède et, désormais, la Belgique. Il serait donc normal que la part d’actifs que nous possédons en Belgique soit appelée à grossir à hauteur de 15%. Mais rien n’est encore programmé à cette heure. Chaque chose en son temps…"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés