Les conditions de marché plombent les comptes d'Intervest Offices

Jean-Paul Sols, CEO et président du comité de direction d'Intervest Offices

Les conditions difficiles de marché ont pesé sur la performance de la Sicafi Intervest Offices, la baisse du taux d'occupation pesant sur les revenus et la valorisation du portefeuille. Pour le reste de l'année, Intervest Offices est pessimiste et table sur un dividende inférieur à celui de l'exercice précédent.

Les conditions difficiles de marché ont pesé sur la performance d'Intervest Offices. La Sicafi a vu son résultat distribuable diminuer de 8% au premier semestre de 2010 à 14,2 millions d’euros contre 15,5 millions d’euros sur la même période un an avant. L’explication est à mettre pour l’essentiel sur la baisse des revenus locatifs à hauteur de 1,8 million d’euro, compensé partiellement par la diminution des charges immobilières. Par action, le résultat distribuable se monte à 1,02 euro contre 1,12 euro pour la même période de l’année dernière.

Dans la foulée, le taux d’occupation de la Sicafi est en légère baisse et pointe à la fin juin à 87%. Il était de 88% à fin décembre 2010.

La baisse du taux d’occupation a également eu un impact négatif sur la juste valeur du portefeuille immobilier. Plus précisément, l’impact négatif se monte à 6,9 millions d’euros ou 1,3 % en regard de fin 2009. Cumulé avec la vente du parc de bureaux Latem Business Park (juste valeur de 6,6 millions d’euros ; prix de vente 7,2 millions d’euros) et d’investissements à hauteur de 0,4 millions, la juste valeur du patrimoine immobilier s’établit à 527,7 millions d’euros à l’issue du premier semestre 2010. Il était de 540,8 millions d’euros un an avant.

Le résultat sur portefeuille est négatif à hauteur de 6,6 millions d’euros contre 19 millions d’euros pour la même période précédente.

Le résultat net d’Intervest Offices s’élève au premier semestre à 2010 à 7 millions d’euros contre -3,5 millions un an avant.

Pour l’avenir, Intervest Office se veut particulièrement prudent et indique que les conditions de marchés sont particulièrement difficiles. Intervest Offices s’attend dès lors sur base des résultats semestriels et des prévisions au 30 juin 2010 que le dividende par action pour l’exercice 2010 sera substantiellement moins élevé que l’année dernière. Les revenus locatifs de la sicaf immobilière continueront à baisser au cours du deuxième semestre 2010 suite à la hausse de l’inoccupation précise Intervest Offices.

La Sicafi prévoit donc de pouvoir offrir à ses actionnaires pour l’exercice 2010 un dividende brut qui se situe entre 1,75 euro et 1,85 euro par action (2,15 euros pour l’exercice 2009). Sur base du cours de clôture au 30 juin 2010 (21,41 euros) cela revient à un rendement du dividende brut entre 8,2% et 8,6%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés