mon argent

Les études notariales carburent aux ventes immobilières

"Une maison avec jardin ou rien", semble dire une frange croissante des acheteurs belges. ©Belga

2021 confirme – voire conforte – la pression de la demande sur le marché immobilier résidentiel. Avec une mention particulière pour les provinces wallonnes les plus vertes.

Malgré les effets du confinement, l’année 2020 avait déjà été surprenante en termes d’activité sur le marché résidentiel. Sur tous les segments et quasi partout en Belgique, la demande avait fait forte pression sur les biens immobiliers les plus recherchés. Avec des hausses de prix inédites par endroit. Au premier trimestre 2021, on repasse les plats: les notaires constatent la même tendance, encore renforcée là où la demande fait pression.

Et même en gommant au maximum les effets de l’arrêt d’activité enregistrés l’an dernier, on note une hausse relative du nombre de transactions de plus de 10% à échelle nationale, comparativement à l’année dernière.

Carte immo

Qu'elle était verte – et courue, ma vallée…

En Wallonie, les communes abordables offrant encore des biens avec jardin sont littéralement prises d’assaut. C’est le constat dressé par Renaud Grégoire, dont l’étude est perchée sur les hauteurs de Huy, au milieu des pâtures: "Du côté wallon, on observe que les acheteurs recherchent toujours activement des biens au vert. L’activité a été très soutenue en ce début d’année, particulièrement dans les zones qui permettent d’avoir de grands espaces, comme en province de Luxembourg par exemple. Avec les différents confinements, les gens ont eu davantage de temps pour réfléchir à leur lieu de vie et sont prêts à élargir le spectre de recherche pour trouver ce qu’ils cherchent", commente le notaire.

+26%
C'est la hausse d'activité inédite (échanges de biens immobiliers) enregistrée ces trois derniers mois en province de Luxembourg par rapport à l'an dernier.

Les chiffres trimestriels recensés localement le prouvent: les notaires de la province de Luxembourg constatent une hausse des transactions inédite de près de 26% par rapport à la même période l’an dernier. Bien sûr, la province verte est une des moins denses et actives du pays en termes d’échanges de biens, mais la pression locale de la demande est sensible depuis plusieurs mois; et l’offre se tarit. Le même constat est tiré en ce début d’année par leurs collègues liégeois, dont l’activité transactionnelle a gonflé de 13% au niveau provincial.

Côté prix, le résultat va de pair: partout en Wallonie, les valeurs restent haussières. Sauf sur le segment de l’appartement en Brabant wallon (-5%) et en province de Luxembourg (-7%), victime sans doute de l’engouement pour les maisons avec jardin là où il y en a encore sur le marché. A contrario, l’appartement namurois a la pêche avec une hausse de prix de 7% à la revente. Difficile d’identifier la raison de cette exception locale.

Les biens abordables offrant un jardin sont pris d'assaut. ©BELGAIMAGE

Et dans la capitale?

"A Bruxelles, on note une baisse de l’activité. Mais ce ralentissement doit être fortement relativisé", prévient Renaud Grégoire. L’explication avancée: le début de l’année 2020, juste avant le confinement, avait été exceptionnel. "Si on compare avec 2019, on note d'ailleurs une augmentation de l’activité en 2021. Même s’il y a actuellement un engouement marqué pour les logements proches des espaces verts, cela ne signifie pas que le marché bruxellois est délaissé", poursuit le porte-parole de notaire.be.

"Les clients intéressés sont nombreux à faire offre, très régulièrement au-dessus du prix demandé."
Renaud Grégoire
Notaire

Et si on constate également dans les chiffres une baisse de prix moyen des maisons de l’ordre de 3%, les notaires nuancent ce constat chiffré. "Il ne s’agit pas forcément d'une diminution de la valeur des biens, que du contraire même! Sur le terrain, on observe clairement que les maisons mises en vente partent à des prix très soutenus. L’offre est assez faible pour le moment. Et dès qu’une maison recherchée offrant une bonne situation géographique, un bon état général et un grand jardin est mise sur le marché, les clients intéressés sont nombreux à faire offre, régulièrement au-dessus du prix demandé", analyse le notaire.

Les provinces de Luxembourg et de Liège attirent pour l'instant les acheteurs en quête d'espace et de verdure: le confinement a clairement changé la donne.

Le résumé

  • Le dernier baromètre des notaires cernant le marché immobilier vient de sortir.
  • La demande est exceptionnellement forte en provinces de Luxembourg et de Liège.
  • Les logements au vert sont particulièrement recherchés.
  • Les transactions se négocient très rapidement et au prix demandé, voire au-dessus.

Tool Carte immo

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés