Les nouveaux propriétaires du Dolce La Hulpe sortent du bois

©rv

Trois privés se partagent désormais à parts égales le domaine logé en bordure de la forêt de Soignes, dont la famille de Rochechouart de Mortemart.

Depuis deux ans, suite à la banqueroute quasi annoncée de la société de promotion immobilière belge Banimmo, il ne fait plus aucun doute que c’est l’actionnaire français de référence Affine qui a repris les rênes. Pour preuve, la grande lessive orchestrée alors au niveau du conseil d’administration et l’arrivée d’un quintet de nouveaux pilotes parisiens composé d’Alain Chaussard, Matthieu Evrard, Catherine Sabouret, Cyril et Maryse Aulagnon, la CEO française en personne.

Dans le nouveau conseil, à la durée sans doute limitée, on trouve également Didier Malherbe (UCB), déjà administrateur d’une quinzaine de sociétés tournant autour de la chimie ou de Louvain-la-Neuve.

50
millions d’euros
C’est le montant de la revente des murs du Dolce La Hulpe.

Les pompiers-actionnaires français ont ensuite donné une feuille de route précise et minutée au tandem exécutif belge mis aux commandes, Patrick Mertens de Wilmars (CEO) et Philippe Opsomer (CFO): rembourser les dettes et équilibrer les comptes, quitte à réduire à peau de chagrin les actifs en portefeuille.

C’est aujourd’hui chose quasi faite: la dernière opération en date est la revente des murs - pour un montant avoisinant 50 millions d’euros du complexe mixte (hôtel/centre de conférences/bureaux) Dolce La Hulpe, avant celle, imminente dit-on, des murs du Dolce Chantilly. En point de mire: le remboursement d’un crédit obligataire de 34 millions d’euros, dont l’échéance est fixée dans une semaine.

On apprend que les trois familles qui se partagent désormais à parts égales les murs du magnifique foncier logé en bordure de forêt de Soignes (83 ha) ne sont pas inconnues dans le petit monde des investisseurs et entrepreneurs belges.

Un troisième convive

Les deux actionnaires discrets déjà listés, les familles De Clercq-Van Hecke (parkings) et Rolin (Raffinerie tirlemontoise), ont, semble-t-il, invité un troisième convive à table pour partager le gâteau forestier. Celui-ci possède désormais un tiers de l’actif logé au sein de la société La Hulpe Real Estate.

Il s’agit de la famille de Rochechouart de Mortemart (Promiris SA), dont les intérêts sont gérés notamment par… Christian Terlinden et Filip De Poorter, deux ex-dirigeants de Banimmo remerciés par Affine il y a deux ans. Il est, dans ces forêts domaniales, de ces rencontres impromptues et obligées qui sentent bon le printemps après l’orage.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content