Optima permet à l'Office des Propriétaires de percer en Flandre

©BELGA

L’Office des Propriétaires, une des plus anciennes agences immobilières de Belgique, a finalisé le rachat des trois départements immobiliers d’Optima. Il sauve ainsi une trentaine d’emplois et déploie son activité en Flandre.

Enfin, une solution pour les filiales immobilières d'Optima, Optima Global Estate.  Après des mois tractations, compliquées par une procédure judiciaire toujours en cours, elles tombent dans le giron de l’Office des Propriétaires (OP). "Nous avons pu sauver 34 emplois et rassurer autant de familles qui, vu la conjoncture, ont parfois douté de cette issue positive ", se réjouit Guillaume Pinte, patron de l'OP. Il souligne que cette opération permet de doubler son effectif, avec des équipes "particulièrement motivées, soucieuses d’assurer le suivi pour des milliers de particuliers". De quoi les rassurer alors qu'ils émettaient de sérieux doutes quant à la gestion future de leurs biens sous enseigne Optima Global Estate.

Nous vous l’annoncions dès juillet dernier, alors qu’on venait de couper brutalement l’électricité dans les bureaux bruxellois (Zellik) d’Optima Global Estate (OGE) et d’obliger le personnel présent à faire ses caisses dans l’heure en les plongeant dans l’obscurité mais surtout l’angoisse après les événements pénibles du début d’été dernier.

La Banque Nationale de Belgique, l’autorité de contrôle des banques, avait retiré dès le 7 juin la licence bancaire d’Optima Bank ; et dès le 15 juin, le tribunal de commerce de Gand avait désigné trois curateurs. Le patron de l’OP, Guillaume Pinte, était alors, depuis des mois déjà, en négociations exclusives pour racheter trois entités d’Optima Global Estate. Cette branche immobilière n'est jusque-là pas concernée par la suspension de la FSMA, le gendarme des marchés.

Pour déployer ses activités en Flandre, l’OP visait le rachat des services de syndic d’immeubles (Estia), de gestion privative du portefeuille d’appartements (Property Management) et Estia Facility Services. Son patron avait promis de maintenir l’emploi si l’opération aboutissait.

Déménagement

L’Office des Propriétaires a couplé cette opération de rachat-fusion avec un déménagement dans des bureaux plus vastes, situés rue Vilain XIIII à Bruxelles non loin de l’adresse historique de l’Office qui faisait face à l’abbaye de la Cambre. "Dix personnes actives au sein du département Property Management d’OGE ont intégré nos équipes bruxelloises. Quant aux 24 autres faisant partie des deux départements d’Estia (Syndic), ils sont rassemblés dans de nouveaux bureaux à Gand, Moutstraat. Pour les installer, on a cassé la tirelire...", confie le patron, que nous rencontrons dans ses nouveaux bureaux bruxellois.

Son premier objectif 2017 sera de finaliser la fusion des équipes, mais aussi de revoir les logiciels. "Dans nos métiers, c’est par pourcent qu’on fait des économies d’échelle à droite et à gauche ; et c’est principalement via les outils de gestion informatisée qu’on y parvient. Aujourd’hui, fusions répétées obligent, nous travaillons sur dix logiciels différents ; avec l’aide de nos nouveaux directeurs ‘comptes métiers’ et financier, je voudrais n’en conserver que quatre. Et encore, avec des coûts de gestion réduits. Chez OGE, la gestion informatique par une société extérieure leur coûtait 700.000 euros par an…"

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés