Proximus réduira au moins de moitié la taille de son siège bruxellois

L'une des options envisagées par Proximus serait de ramener son siège dans l'une des deux tours qu'il occupe actuellement, le temps de rénover l'autre et de s'y installer ensuite. ©Wouter Van Vooren

Proximus planche sur deux scénarios pour l'avenir de son siège: un déménagement ou le maintien dans l'une des deux tours qu'il occupe dans le quartier Nord.

Nous vous l’annoncions il y a un mois déjà. C’est aujourd’hui confirmé noir sur blanc et en détail. Un Request for Information (RFI) à l'attention du marché immobilier précise ainsi, chiffres à l’appui, les deux scénarios actuellement envisagés pour le siège de Proximus, devenu trop grand au goût de la direction. Soit l'entreprise de télécommunications restera à son emplacement actuel dans le quartier Nord. Soit elle déménagera vers un nouveau campus. La décision n'a pas encore été prise.

50.000
mètres carrés
La superficie du futur siège bruxellois de Proximus sera rabotée d'environ 50.000 m² d'ici trois à cinq ans.

Mais de toute façon, la voilure actuelle sera diminuée de moitié au moins, passant des 105.000 m² actuellement occupés dans les tours jumelles proches de la gare de Bruxelles-Nord à plus ou moins 50.000 m².

Objectif 2023-2025

"La crise sanitaire montre que nous évoluons vers une manière de travailler structurellement différente. C’est pourquoi nous optons pour la moitié de l’espace actuel", a confirmé Stefaan De Clerck, le président du conseil d'administration de Proximus. 

C’est le conseil en immobilier BNP Paribas Real Estate qui est en charge du dossier. Et selon ce dernier, pas mal d'options sont encore sur la table. Le déménagement doit être finalisé entre 2023 et 2025, en fonction du scénario privilégié. Les parties intéressées peuvent soumettre une offre jusqu'à fin mars

L’option qui tient actuellement toujours la corde serait de conclure un accord avec un acteur immobilier privé qui porterait le réaménagement global du site actuel.

Déménager ou rénover

Dans le cas d’un départ, les tours construites entre 1994 et 1996 seraient revendues; et le nouveau siège - loué pour une durée de 15 ans - ne devrait pas nécessairement être situé dans le quartier Nord, mais devrait en tout cas être accessible en 15 minutes à pied depuis une des trois grandes gares de la capitale (Nord, Centre, Sud).

L’option qui tient actuellement toujours la corde serait de conclure un accord avec un acteur immobilier privé qui porterait le réaménagement global du site actuel. Dans ce cas, la société de télécommunications concentrerait momentanément ses effectifs dans une des tours jusqu'à ce que sa jumelle soit rénovée à son attention. Proximus déménagerait ensuite dans la tour réaménagée; et la deuxième partie délaissée serait profondément transformée. 

Dans son plan stratégique #Inspire 2022 Strategy, Guillaume Boutin dit également vouloir favoriser massivement le télétravail et promouvoir les bureaux satellites hors de Bruxelles. Le CEO de Proximus escompte que la vente de "divers actifs" en portefeuille puisse rapporter 700 millions d'euros. Mais diverses sources du sérail immobilier estiment ce montant bien trop élevé.

L'espace disponible était déjà largement excédentaire. La crise sanitaire et le télétravail confirmé à long terme ont durci le trait. ©Wouter Van Vooren

PODCAST | "Dans 10 ans, Proximus sera un Gafa belge"

Dans ce podcast, Guillaume Boutin, CEO de Proximus, expose sa vision à 10 ans et plaide pour une revanche des acteurs numériques locaux sur les géants américains de la tech.

Ecoutez le podcast avec Guillaume Boutin

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés