Publicité

Refinancement acté et relance chez Eckelmans Immobilier

Un important projet montois "mixte" (100 kots, 27 appartements et 2.300 m2 de bureaux) fait partie des dossiers sur la table d'Eckelmans. ©François Grandjean et Dimitri Pillon Architectes

Ventes et activité au ralenti pour cause de pandémie… Vu les stocks invendus l’an dernier, l’immobilière Guido Eckelmans avait besoin d’argent frais. Mais depuis, la commercialisation a repris.

Avec des ventes plombées par la pandémie et par une diversification des affectations peu réussie dans le projet Agora à Louvain-la-Neuve, les résultats 2020 de la société de promotion immobilière fondée et pilotée par Guido Eckelmans (IGE) justifiaient un refinancement à la hauteur du manque à gagner. Même si le bénéfice reporté alors dépassait toujours 7 millions d’euros, Guido Eckelmans avait jugé pertinent de passer par la case "refinancement", vu les dettes constituées sur les actifs de la société, qui dépassaient alors la barre des 16 millions d’euros.

Stock invendu de plus de 10 millions de valeur comptable

Les comptes clôturés en septembre 2020, actés en mars dernier et qui viennent seulement d’être publiés, font – faisaient – en effet état d’une perte avant impôts inédite de 787.897 euros et surtout d’un stock invendu (appartements) dont la valeur comptable dépassait 10 millions.

"D’une part, la vente des appartements a été ralentie et il restait dans les comptes un stock important d’appartements à commercialiser. Nous avons donc ‘perdu’ un an. D’autre part, la vente des 61 derniers studios – les suites prévues dans le volet hôtelier (Martin’s Hotel) du complexe – n’a pu être réalisée durant l’exercice précédent."

"Ce triple apport doit permettre d’assurer l’amorçage des projets actuels et le remboursement des lignes de crédit court terme."
Guido Eckelmans
IGE

"La non-réalisation (vente) des 61 studios ainsi que le ralentissement de la vente des appartements voisins constituent un manque de trésorerie à court terme. C’est pourquoi nous avons entamé des discussions pour mener à bien un projet de refinancement global de la société autour de trois piliers: un apport de l’actionnaire familial de référence à hauteur de 2 millions d’euros, un refinancement bancaire à long terme des studios de l’ordre de 4,3 millions et un apport de 2 millions fourni par un investisseur extérieur. Ce triple apport doit permettre d’assurer l’amorçage des projets actuels et le remboursement des lignes de crédit court terme", détaillaient les réviseurs. 

Tourner la page

"Depuis mars, les choses ont évolué dans le bon sens, nous assure Jean-Louis Watrice, administrateur et financier de référence de la société. Et nous sommes donc optimistes à ce niveau pour rentabiliser en partie les studios connexes à l’hôtel", précise Guido Eckelmans. 

Plutôt que de regarder dans le rétroviseur, celui-ci énumère les projets actuellement sur sa table. Il y a tout d’abord la dernière phase en date de logements étudiants sur le campus Erasme à Anderlecht (180 kots et 66 studios), dont le permis a été introduit. Il y a aussi l’important projet mixte montois (100 kots, 27 appartements et 2.300 m2 de bureaux): "Les permis ont été délivrés et le chantier va démarrer", annonce le patron. À Chastre, où IGE porte depuis des années déjà un projet couplant 104 appartements et des commerces, l’enquête publique est en cours et le permis est, nous dit-on, en bonne voie. Enfin, à Chèvremont (Liège), le projet de reconversion de l’abbaye en quelque 70 appartements est en phase d’affinement avec la Commission des Monuments et Sites.

Par contre, sur le terrain jouxtant la Grand Poste liégeoise reconvertie et qui vient de rouvrir ses portes Place du XX août, IGE portait un projet revu et corrigé à plusieurs reprises. Las des tergiversations des autorités communales, il a jeté l’éponge et cédé la main à la branche immobilière de Noshaq. Cette dernière devrait y développer sur quelque 4.000 mètres carrés un centre d’entreprises où sont déjà pressenties les équipes de La Meuse et de RTC Liège. Ces deux futurs occupants annoncés viendraient ainsi renforcer le pôle "médias" déjà intégré dans le projet mixte de la Grand Poste voisine.

Le résumé

  • Les comptes de la société faisaient état d'un stock invendu (appartements) dont la valeur comptable dépassait 10 millions d'euros.
  • En vue de parer au manque de trésorerie à court terme et d'assurer l'amorçage des projets actuels, un refinancement global de la société a été mené, totalisant 8,3 millions d’euros.
  • Parmi les projets, citons la dernière phase de logements étudiants sur le campus Erasme à Anderlecht et l’important projet mixte montois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés