Saga La Strada: Wilhelm & Co tire à nouveau la sonnette d’alarme contre la ville de La Louvière

Le projet mixte urbain La Strada, revu et corrigé à plusieurs reprises depuis dix ans. ©Wilhelm & Co

Le promoteur Wilhelm & Co, qui porte depuis près de 15 ans le projet urbain La Strada, au cœur de La Louvière, déclenche la procédure dite de "sonnette d’alarme". Il la justifie par "des actions répétées de la Ville contrariant l’avancée du projet" en cours.

Confié dès 2008 par la Ville de La Louvière au groupe Wilhelm & Co dans le cadre d’un marché public, le projet de reconversion du centre urbain baptisé depuis La Strada, a déjà été (re)cadré en 2018 – après des années de conflit larvé entre promoteur et collège communal – par une convention de partenariat visant à mettre fin aux incompréhensions et autres sujets de frictions entre les parties. Mais aujourd’hui, Peter Wilhelm, le patron de la société de promotion immobilière, remonte à nouveau au créneau en parlant "d’actions répétées des autorités communales contrariant la bonne marche du projet".

Ce qui fait sortir le patron bruxellois à nouveau de ses gonds, c’est surtout le soutien "marqué" par les pouvoirs publics locaux à d’autres projets commerciaux entrant directement en concurrence sur le territoire communal avec le sien. Et notamment l’agrandissement de la galerie commerciale attenante au Cora, en périphérie, et l’avis favorable octroyé au permis demandé par Imagix pour construire au centre-ville un complexe de cinémas qui joue clairement la concurrence avec celui figurant dans les cartons de Wilhelm & Co et constituant selon lui une des pièces maîtresses de son futur ensemble mixte urbain. "Fort de cet avis favorable donné au projet de construction du futur complexe Imagix, les fonctionnaires compétents de la Région wallonne viennent d’ailleurs de confirmer ce permis de bâtir", précise Peter Wilhelm.

Imagix a déjà son permis

La Ville saurait donc pertinemment bien qu’il s’agit là de concurrence déloyale de sa part. Et le patron s’en explique: "Notre projet de complexe cinématographique fait partie du marché initial de 2008. Il a été reconfirmé à plusieurs reprises, en particulier dans la Convention de partenariat de juin 2018, ainsi que par plusieurs décisions du Collège communal. La Ville est également parfaitement informée de la convention que nous avons conclue à cet effet avec le groupe européen de cinémas Euroscoop/Pathé Gaumont…"

Le projet concurrent d’Imagix: fonctionnel et rapide, il coupe l’herbe, déjà brûlée actuellement, sous le pied de Wilhelm & Co. ©Imagix

20
millions €
Peter Wilhelm répète avoir déjà investi 20 millions d’euros dans son projet louviérois.

Arguant de sabotage, le groupe Wilhelm & Co a donc officiellement notifié le mois dernier à la Ville de La Louvière via dépôt d’un mémoire détaillé la mise en œuvre de la procédure dite de "sonnette d’alarme". "Celle-ci oblige les parties à se réunir sous la présidence d’un acteur extérieur au différend et à tenter de trouver une solution à la situation préjudiciable que nous subissons. Cette procédure, prévue par la convention conclue entre le groupe Wilhelm & Co et la Ville, ouvre une période de médiation de trois mois maximum à dater de ce 1er septembre", détaille Peter Wilhelm, qui rappelle avoir déjà investi environ 20 millions d’euros à ce jour dans le redéveloppement du centre urbain local.

Sans remettre à ce stade de l’huile sur le feu qui couve sur le fond, on se contentera de mentionner que la plupart des décisions incriminées par le plaignant relèvent du pouvoir de tutelle régional, responsable de l’octroi ou du refus motivé des permis commerciaux.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés