Un nouveau fonds pour numériser la construction et l'immobilier en Wallonie et à Bruxelles

Gaëtan Baudelet (Noshaq), Jérôme Constant (The Next Day) et Frédérice Driessens (Noshaq Immo), les trois pilotes du nouveau fonds Rise PropTech. ©Maxence Dedry

À l'initiative de Noshaq et de finance&invest.brussels, le fonds Rise PropTech vise à soutenir la révolution numérique dans le secteur de la construction et de l'immobilier.

L'objectif est ambitieux: rien moins que marier la carpe et le lapin. En d'autres mots, attirer de jeunes entreprises prometteuses pour favoriser les synergies avec les acteurs du secteur de la construction, encore trop souvent campés sur des pratiques du XXᵉ siècle.

Un seul chiffre situe le vivier existant: rien qu'en Europe, on dénombre aujourd'hui plus de 3.000 start-ups proposant des solutions novatrices, au croisement des secteurs de la construction et de l'immobilier, actives dans ce qu’on range désormais sous le terme général de "proptech" (contraction de property et technology).

"Certaines des solutions proposées par ces start-ups répondent à des besoins concrets du secteur. Malheureusement, l'adoption par les acteurs concernés est souvent trop lente. "
Frédéric Driessens
Noshaq Immo

L'urgence est évidente: plus de 70% de ces start-ups sont encore en phase de germination (Seed). Et ces jeunes pousses ont cruellement besoin, pour grandir et s'épanouir, de financements et de soutiens opérationnels en vue d'accélérer leur croissance.

C'est ce besoin croisé qui a motivé les fondateurs du nouveau fonds ciblé Rise PropTech. "Certaines des solutions proposées par ces start-up répondent à des besoins concrets du secteur. Malheureusement, l'adoption par les acteurs concernés est souvent trop lente. Rise PropTech Fund et son réseau de partenaires veulent donc accompagner et accélérer ce mouvement de fond désormais irréversible", explique Frédéric Driessens (Noshaq Immo), à l'origine de l'initiative.

Enjeux stratégiques et urgents

Depuis plusieurs décennies déjà, dans un monde de plus en plus connecté et soucieux de limiter son empreinte énergétique, les secteurs de la construction et de l'immobilier font face à des défis colossaux qui ne peuvent plus attendre.

12 millions
d'euros
Rise PropTech a été doté de 12 millions d'euros pour son premier tour de table. Dès 2022, il dépassera le cap des 20 millions.

Du côté des clients finaux, l'urgence est de limiter les coûts des travaux, sans rogner sur la qualité et la durabilité du bâti livré.

Du côté des entreprises concernées, l'urgence est d'intégrer au mieux les changements technologiques et les obligations légales liés à l'arrivée de nouveaux services et matériaux. Les professionnels du secteur sont aujourd'hui acculés à digitaliser un maximum d'informations à toutes les étapes du projet, du plan d'architecte à la réception de l'ouvrage achevé, en passant par la pénurie de main-d'œuvre qualifiée et le contrôle accru de celle-ci sur les chantiers.

Cap sur 20 millions d'euros

Ces défis égrenés tout le long de la chaîne de production trouvent aujourd'hui des réponses concrètes partielles dans les innovations portées par ces acteurs émergents. Reste à les trier, les cadrer et les implémenter: c'est ce qui motive les créateurs de Rise PropTech Fund.

Créé à l'initiative principale de Noshaq et de finance&invest.brussels, ce nouveau fonds belge de capital-risque dédié aux start-up de la proptech a été doté de 12 millions d'euros pour son premier tour de table. Dès 2022, il dépassera le cap des 20 millions.

Des ténors du secteur autour de la table

À sa barre, outre Frédéric Driessens et Gaëtan Baudelet (Noshaq), on trouve également Jérôme Constant (TheNextDay), actif durant plusieurs années au sein de la pouponnière de start-up du groupe de construction Besix.

"Nous pouvons déjà compter sur le soutien actif de nombreux acteurs et décideurs du secteur."
Gaëtan Baudelet
Copilote de Rise PropTech, Noshaq

Leur cible prioritaire: les jeunes pousses, actives dans des secteurs tels que l'intelligence artificielle (IA), les bâtiments intelligents, le big data, l'économie circulaire, la durabilité, les solutions de conception, le suivi des processus de construction ou les outils intégrés de gestion immobilière.

"Nous pouvons déjà compter sur le soutien actif de nombreux acteurs et décideurs du secteur", ajoute Gaëtan Baudelet, qui cite notamment Ardent Invest, la famille Knauf, les groupes Balteau, Eloy, Moury, Uhoda, et Abacus (Matexi).

Le résumé

  • Le secteur de la construction est encore trop campé sur ses vieilles pratiques.
  • Il doit sans plus tarder faire sa mue et intégrer les apports de l'intelligence artificielle dans tous ses métiers.
  • Rise PropTech Fund est un nouveau fonds dédié qui aura pour objet d'accélerer cette mue.
  • Noshaq et finance&invest.brussels, ses initiateurs, ont déjà fédéré autour d'eux une dizaine de professionnels du secteur, majoritairement liégeois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés