Un promoteur gantois s'offre les abords de la gare de Namur

Plusieurs promoteurs immobiliers avaient remis offre dans les délais impartis pour emporter la ‘courgette’, un terrain allongé mitoyen situé entre gare et ancienne poste de Namur. C’est le Gantois Baltisse, le plus offrant, qui pourra développer ce foncier urbain stratégique… mais compliqué et pollué.

On a appris par la presse locale, relayant les propos du bourgmestre Maxime Prévot (cdH) en campagne, que la SNCB avait clôturé le processus de vente du terrain situé derrière l’ancienne poste de Namur, elle déjà rachetée par un autre promoteur flamand, IRET Development.

Selon Sudpresse, le terrain d’environ 1 hectare, sis le long du boulevard Mélot et qui s’étend en forme de courgette le long des voies de chemin de fer, aurait été vendu pour la somme de 12,3 millions d’euros au groupe Baltisse, un promoteur gantois très actif pour l’instant, notamment à Bruxelles et à Luxembourg. Le foncier avait été mis en vente il y a deux mois via un appel d’offres se clôturant le 31 mai dernier. Le prix de départ annoncé était de 6,74 millions d’euros.

Un programme à affiner et à chiffrer

Contacté, le General Manager de Baltisse confirme que "normalement", c’est bien lui qui a emporté la mise; mais il ajoute qu’à la demande de la SNCB, il ne peut à ce stade faire aucun commentaire. D’autres promoteurs avaient également remis offre, à un prix inférieur au montant annoncé. On cite notamment à bonne source Atenor, qui serait monté jusqu’à 10 millions d’euros, et Thomas & Piron, qui jugeait déjà ce montant largement supérieur au prix raisonnable vu la pollution, les bâtiments à reconvertir et autres impétrants présents sur le site étriqué concerné (5).

Du côté de la Ville de Namur, on rêve pourtant de voir pousser sur le chancre urbain en forme de courgette un hôtel de 100 chambres, déjà esquissé par le Collège local et la SNCB. On y ajouterait bien une julienne immobilière couplant des espaces de bureaux, des salles de séminaire et du logement. Rien moins.

A cet effet, les autorités communales planchent en partenariat avec la SNCB Holding et la Région wallonne sur la revitalisation de l’ensemble du nord de la Corbeille urbaine (axe gares de Namur–Jambes). Il y a 5 ans déjà, elle a désigné à cet effet le bureau bruxellois Skope pour repenser le réaménagement complet des espaces publics dans la zone. Mais du côté des promoteurs privés, il s’agit d’abord de pouvoir y trouver son compte, une fois amorti le coût du foncier et sa dépollution.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content