Des actionnaires de Nyrstar réclament des centaines de millions à Trafigura

©nyrstar

Un groupe de petits actionnaires vient d’introduire une nouvelle demande en référé. Ils réclament une série de mesures et une nouvelle assemblée générale pour le 20 septembre au plus tard. Ils visent surtout à terme le paiement de "centaines de millions d’euros".

Une partie des petits porteurs de chez Nyrstar ne sont visiblement pas prêts à lâcher le morceau. Après une série d’actions en justice, des actionnaires représentés par Me Arnauts et Me Wtterwulghe ont un introduit une nouvelle demande en référé dans le cadre du démantèlement de Nyrstar. Pour rappel, une nouvelle "Newco" impliquant le spécialiste belge du zinc devrait voir le jour. Celle-ci sera toutefois détenue à 98% par Trafigura, ne laissant donc que les 2% restants au groupe belge. Une opération considérée comme un hold-up pour une partie des actionnaires qui verront leurs participations dans Nyrstar après l’opération largement réduites.

L’action menée en justice n’est pas une première dans cette affaire. Les ambitions des plaignants sont claires. "Le but ultime de cette action judiciaire préparatoire est de réclamer à Trafigura plusieurs centaines de millions d’euros (dont le calcul est en cours),au profit de Nyrstar et/ou de ses actionnaires", lance Maitre Arnauts dans un communiqué. Il espère néanmoins trouver rapidement une solution. "L’objectif est d’arrêter ce qui est encore possible. Nyrstar et Trafigura profitent de la période des vacances pour démanteler le groupe", a encore expliqué l’avocat à nos collègues du Tijd. "Nous voulons montrer aux autres actionnaires et à l’entreprise qu’une liquidation a été organisée".

 

Aucun vote

La procédure est cette fois justifiée par l’avocat Arnauts par une nouvelle série d’éléments. "Le plan de restructuration (intitulé “Lock-up agreement du 14 avril 2019” ) n’a jamais été soumis, et encore moins voté par l’assemblée générale de Nyrstar", précise notamment l’avocat. Si l’assemblée générale s’est effectivement bien tenue le 25 juin dernier, aucun vote n’a pu avoir lieu en raison d’une interdiction de la FSMA et du Tribunal d’entreprise de Bruxelles. Une décision prise, car selon Me Arnauts "les actionnaires et même les réviseurs d’entreprise de Nyrstar ne disposaient pas de l’information nécessaire. La cotation a également été suspendue sur Euronext". L’avocat dénonce aussi l’attitude des deux entreprises. "Plus d’un mois plus tard, aucune nouvelle assemblée générale n’a été convoquée, et la cotation est toujours suspendue. Mais Nyrstar et Trafigura se dépêchent de poursuivre la restructuration, sans que les actionnaires soient en mesure d’exercer leurs droits", ajoute encore Maitre Arnauts.

"Trafigura exerçait le contrôle de fait sur Nyrstar depuis 2015"
Me Arnauts
Avocat d'actionnaires de Nyrstar

Pour lui, la situation qu’il dénonce est en réalité loin d’être neuve. "Grâce à l’information reçue en exécution de l’ordonnance du 24 juin 2019 du Tribunal de l’Entreprise de Bruxelles, les actionnaires ont pu vérifier que leurs craintes étaient fondées: les contrats entre Nyrstar et Trafigura étaient gravement déséquilibrés, en faveur de Trafigura. Trafigura exerçait le contrôle de fait sur Nyrstar depuis 2015, ce qu’elle avait d’ailleurs discrètement communiqué à la Commission européenne", lance l’avocat.

Estimant que les droits de ses clients sont donc "gravement violés", l’avocat a donc introduit cette nouvelle demande en référé. Une série d’éléments sont demandés comme la désignation d’un administrateur provisoire et la suspension de plusieurs décisions du conseil d’administration. En outre, les plaignants aimeraient également qu’une nouvelle assemblée générale soit convoquée, au plus tard pour le 20 septembre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect