La fusion Alstom/Siemens menacée... par des "technocrates rétrogrades"

©REUTERS

Alstom et Siemens ont-ils encore une chance de convaincre la Commission sur leur rapprochement? Le conglomérat allemand assure aujourd'hui qu'il ne cherchera pas à conclure ce rapprochement à n'importe quel coût. "Nous avons des options", prévient-il.

L'allemand Siemens annonce que son bénéfice net du premier trimestre est divisé par deux, à 1,12 milliards d'euros. Pour rappel, le premier trimestre de 2018 avait été exceptionnellement favorable pour le groupe. Le chiffre d'affaires du conglomérat fabriquant aussi bien des turbines, des trains, des éoliennes que des logiciels a stagné à 20,12 milliards d'euros (+1% sur un an), légèrement en deçà des prévisions des analystes interrogés par le service financier Factset. 

Mais évidemment, Siemens reste dans le viseur de l'actualité aussi (surtout) pour son rapprochement avec Alstom. Le groupe allemand a confirmé qu'il s'attendait à finaliser au cours de ce premier semestre 2019 ce rapprochement dans le ferroviaire. 

concurrencer le numéro un mondial chinois

Le projet de rapprochement d'Alstom avec les activités de Siemens dans le ferroviaire (Siemens Mobility), soutenu par les gouvernements français et allemand, doit donner naissance à un groupe en mesure de concurrencer le numéro un mondial chinois CRRC. Mais l'Union européenne a fait valoir que son souci était de défendre les intérêts des consommateurs plutôt que de créer des puissances industrielles régionales.

Vendredi dernier, au 110e jour de la procédure d'examen, les deux groupes ont présenté à la Commission des concessions de dernière minute.

Alstom et Siemens ont encore une chance de convaincre la Commission?  C'est bine la question...

Le président du directoire de Siemens, Joe Kaeser, invite ainsi les autorités européennes de la concurrence à ne pas se comporter en "technocrates rétrogrades" et à approuver le projet de rapprochement:

"Il appartient maintenant aux autorités de la concurrence de prendre une décision."
"Et il sera intéressant de voir si l'avenir de la mobilité en Europe sera décidé par des technocrates rétrogrades ou par des Européens tournés vers le futur."

Selon lui, Siemens a présenté un "concept très équilibré" pour ce rapprochement qui bénéficierait à tous. Siemens ne cherchera pas à conclure un rapprochement avec Alstom à n'importe quel coût, a-t-il toutefois prévenu, en déclarant: "Nous avons des options."  Il a précisé que Siemens accepterait la décision de la Commission européenne...


Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content