Aperam a bondi de 50% et deux catalyseurs pourraient encore doper le titre

Le zoning industriel de Genk sud, où Aperam dispose d'un site de production. ©BELGA

C’est du moins ce que pense un analyste de Degroof Petercam qui est passé à l’achat sur Aperam et a relevé son objectif de cours de 25%.

"Le 4e trimestre le plus performant depuis le sommet, atteint en 2017, grâce à un solide mix produits au Brésil, un contrôle des coûts strict et des volumes plus élevés en Europe", se réjouissait Aperam lors de la publication de ses résultats, le 10 février dernier.

Un bilan en acier

Et que dire de l’endettement qui baisse encore à 67 millions, et qui ne représente que 20% de l’ebitda.

D’un trimestre à l’autre, l’ebitda du producteur d’acier inoxydable a en effet plus que doublé, passant de 65 millions d’euros à 159 millions, alors qu’il était de 102 millions un an plus tôt. Malgré un exercice marqué par la pandémie, le groupe a même réussi le tour de force d’accroître son bénéfice annuel de 18% à 175 millions.

Et que dire de l’endettement qui baisse encore à 67 millions, et qui ne représente que 20% de l’ebitda, alors qu’un groupe comme AB InBev rêve d’atteindre un multiple de 2 et qu’il est à 4,8 fois l’ebitda.

Le marché a bien anticipé l’excellente tenue du 4e trimestre. De fin octobre au jour de la publication des chiffres, le titre s’est envolé de 57%, passant de 23 euros à 36 euros, qui est son niveau actuel.

Encore de la marge

45
euros
Avec un objectif de cours de 45 euros, Degroof Petercam évalue le potentiel de hausse de l'action à 25%.

Frank Claassen, de Degroof Petercam, estime qu’il y a encore de la marge à la hausse, 25% précisément, puisqu’il a relevé son objectif de cours à 45 euros contre 36 euros avant. C’est le target le plus élevé, parmi les 14 analystes qui suivent la valeur (6 sont à l'achat sur le titre et 8 conseillent de le conserver), exception faite des 48 euros avancés par Oddo BHF.

Il souligne que l’ebitda du 4e trimestre s’est révélé supérieur de 20% aux attentes, avec un bond de la marge par tonne d’acier produite, pour laquelle il estime qu’il existe encore un potentiel d’amélioration. L’analyste constate que le momentum de reprise dans les prix base de l'inox continue d’être solide alimenté, par exemple, par un redémarrage de la demande, notamment dans les alliages, et une baisse de la pression des importations asiatiques en Europe.

Dans ce contexte, il a relevé ses estimations pour les exercices 2021 et 2022, qui sont supérieures de 5% au consensus compilé par Bloomberg.

Rally

"Aperam se traite toujours avec une décote par rapport à ses concurrents, alors qu’il surperforme en matière de return en cash notamment", remarque l’analyste qui conseille logiquement un achat de cette action qui, rappelons-le, fait partie du  Bel 20.

Malgré le rally récent, il juge un second souffle possible, les résultats du premier trimestre annoncés le 5 mai, ou des nouvelles positives dans un dossier anti-dumping examiné au niveau européen, pouvant jouer le rôle de catalyseurs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés