Après Châtelet, Aperam investit dans son usine de Genk

©Euronext/Mathieu Paternoster

Aperam, producteur d’inox, affiche une trésorerie positive de 75 millions de dollars à fin 2017 contre une dette financière de 154 millions en 2016. Elle va construire deux nouvelles lignes à Genk.

Tous les voyants sont au vert pour Aperam  , le producteur d’inox. Les résultats 2017 présentés indiquent que le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 5,051 milliards de dollars (+18,43% par rapport à la même période en 2016). L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) a progressé de plus de 25% à 619 millions en 2017. "On peut dire que 2017 a été une très bonne année, parce que nous présentons des chiffres records. Mais surtout, nous présentons pour la première fois depuis la constitution de la société une trésorerie nette positive de 75 millions, alors qu’en 2011, nous avions une dette de plus d’un milliard", se réjouit Timoteo Di Maulo, CEO d’Aperam. À fin 2016, la dette financière nette était encore de 154 millions de dollars.

Dividende en hausse

Les expéditions d’acier sont pratiquement stables: 1,936 million de tonnes en 2017 contre 1,917 million en 2016. C’est donc principalement une augmentation des prix des produits qui ont profité à Aperam.

Pratiquement un an après son entrée dans le Bel 20, le groupe sidérurgique, coté sur Euronext depuis février 2017, présente donc de belles performances qui vont lui permettre de gâter ses actionnaires et de mieux investir dans ses outils de production. Il va lancer un programme de rachat d’actions pour un total de 100 millions de dollars. Le dividende de base passe de 1,50 dollar par action à 1,8 dollar (sous réserve de l’approbation de l’assemblée générale en mai), soit une augmentation de 20%.

Après avoir réalisé des investissements pour un total de 190 millions en 2017, Aperam prévoit de consacrer un budget de 220-240 millions de dollars à l’amélioration de ses outils. Que prévoit ce budget?

→ Il est question d’équiper les usines de nouvelles technologies de production pour notamment réduire la consommation d’énergie et améliorer l’empreinte environnementale.

→ Une partie de cette enveloppe sera affectée au site de Genk. "On n’a pas encore déterminé le niveau de l’investissement, mais il sera significatif. Le programme d’investissement prévoit la construction de deux nouvelles lignes (laminage, recuit). Elles seront opérationnelles en 2020."

Engager 100 personnes

L’investissement vise à renforcer la performance de l’usine en Flandre après les investissements de ces dernières années sur le site de Châtelet en Wallonie.

Le groupe qui occupe environ 2.200 travailleurs sur ses deux sites belges (sur un total de 9.500 salariés pour le groupe) dit poursuivre son programme de recrutement de quelque 100 personnes par an en Belgique, principalement dans les métiers d’avenir (automation, maintenance numérique, etc.). "Pour l’avenir, avec la force d’une société ayant une trésorerie nette positive, nous continuons à maintenir de solides rendements en espèces pour les actionnaires tout en nous concentrant sur la transformation de notre entreprise", conclut Timoteo Di Maulo.

Retrouvez ici les communiqués d'Aperam:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés