ArcelorMittal Ringmill cédé à un fonds allemand

ArcelorMittal Ringmill (AMR) est spécialisée dans la fabrication et le traitement thermique de produits obtenus par laminage circulaire. ©IMAGEGLOBE

ArcelorMittal Ringmill, une filiale spécialisée dans la fabrication et le traitement thermique de produits obtenus par laminage circulaire, passe aux mains du fonds allemand Callista Private Equity. L'usine, localisée à Seraing, compte 90 employés.

ArcelorMittal Ringmill, une filiale spécialisée dans la fabrication et le traitement thermique de produits obtenus par laminage circulaire, passe aux mains de Callista Private Equity, un fonds allemand basé à Munich et non coté en bourse. Cette opération sera conclue dans le courant de la journée de ce lundi, révèle l'agence Belga, citant des sources syndicales au terme d'un conseil d'entreprise extraordinaire programmé ce jour.

Une réunion entre le repreneur et les représentants du personnel est prévue le 19 mai prochain. La FGTB Métal avait annoncé, il y a une semaine, des tractations en cours et surtout des offres engageantes sur la table.

Inquiétude du personnel

90
employés
L'entreprise basée à Seraing compte 90 employés.

L'annonce faite en début d'après-midi par Alex Nick, président du conseil d'administration, a confirmé les informations du syndicat socialiste. Selon celui-ci, le management local est confirmé et la volonté du nouveau propriétaire est de conserver l'ensemble du personnel, soit près de 90 employés. "Celui-ci demeure cependant inquiet essentiellement, car il ne connaît pas la teneur du plan industriel. Nous devrions être fixés demain après notre réunion avec Callista Private Equity", annoncent les représentants syndicaux qui s'entretiendront avec le repreneur par visioconférence en début d'après-midi.

ArcelorMittal était à la recherche d'un nouvel actionnaire présentant un profil industriel pour ARM. Les discussions se sont accélérées ces dernières semaines avec la conclusion de cet accord avec ce fonds financier allemand qui présentera mardi son projet. Le géant sidérurgique se refuse, pour l'instant, à tout commentaire.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés