Aucun accord signé pour le transfert des actifs de Longtain

©Photo News

Les négociations entre Stéphan Jourdain et le candidat repreneur des Laminoirs de Longtain, Joseph Fascella, n'ont pas pu aboutir. Il reste encore quelques "détails" à régler avant d'aboutir à un accord, qui devrait être trouvé dans le courant de la semaine.

L'audience en continuation, convoquée ce lundi matin au tribunal de Commerce de Mons, ne sera, une nouvelle fois et au grand dam des travailleurs de plus en plus excédés, pas décisive pour la relance du laminoir à tubes carrés de Longtain.

En effet, malgré d'intenses négociations, dimanche matin, entre le cédant - Stéphan Jourdain pour les sociétés Vieux Waleffe et Condesa Commercial Belgium (CCB) - et le candidat repreneur Joseph Fascella, il reste quelques "détails" à régler.

"Nous sommes très  proches d’un accord mais il faut encore vérifier quelques éléments technico-juridiques pour que nous puissions apposer nos signatures  au bas des documents", a indiqué Stéphan Jourdain dimanche en fin de matinée.

C'est donc, selon lui, dans le courant de cette semaine qu'un accord devrait être trouvé. Ce n'est qu'alors que Me Stéphane Brux, en sa qualité de mandataire de justice pour la PRJ de CCB qui court jusqu’au 28 octobre prochain, devrait déposer devant la juridiction montoise une requête pour l’homologation du transfert des actifs.

Sogepa avec Fascella

Selon les maigres informations  disponibles et recoupées, seuls 19 travailleurs sur 36 seraient repris par une société à constituer entre Joseph Fascella  (51 %) et la Sogepa, société de gestion des participations de la Région wallonne (49 %). Cette dernière apporterait au capital social quelque 600.000 euros.

Dès lors que toutes les études (Syndex, Deloitte,…) ont démontré qu’il fallait entre 5 et 6 millions d'euros pour relancer le laminoir à tubes louviérois, le solde serait couvert par des prêts bancaires négociés par Fascella et complétés par la Région.

Permis d’exploiter

Dans le deal en négociation, Stéphan Jourdain aurait obtenu d’être libéré de tout passif social et de toute poursuite judiciaire pour les 36 travailleurs - s'engageant individuellement - qu'il avait réembauchés en mars dernier.

Pour un montant non précisé, Stéphan Jourdain libérerait quasi la totalité – quelques parcelles resteraient sa propriété- des 17 hectares de terrains qu’il avait rachetés à La Louvière pour un peu plus de 300.000 euros.

Reste à vérifier la délicate question du permis d’exploiter. Il se dit en effet que la Sogepa ne s’embarquerait dans le projet de relance, aux côtés  donc de Joseph Fascella,  que si CCB/Longtain dispose à nouveau d’un permis d’exploiter en bonne et due forme.  Ce qui n’est plus le cas, rappelons-le, depuis... une dizaine d’années.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés