Bain Capital ne rachètera pas Resilux, le titre dévisse

Dirk De Cuyper, CEO de Resilux. ©BELGA

Le fonds d'investissement américain Bain Capital a décidé de renoncer à son projet de rachat de Resilux. En cause: les autorités allemandes de la concurrence. Le titre chutait de 19% en matinée

Bain Capital Europe Fund ne rachètera finalement pas Resilux . Début février, le fonds d’investissement américain avait fait part se son intention de lancer une offre sur le producteur belge de bouteilles en PET. Il était prêt à débourser 390 millions d’euros, soit 195 euros par action pour racheter la société avec la bénédiction de son actionnaire majoritaire, la famille De Cuyper  qui détient 57,59% du capital.

Après avoir été suspendu une heure pour laisser le temps à l'information de percoler dans le marché, le titre Resilux dévissait de 19% à 152 euros à la reprise de cotation. Un mouvement logique. La veille de l'annonce de l'offre de Bain, le titre Resilux a clôturé à 162,5 euros.

L’objectif de Bain était de combiner le rachat de Resilux avec celui du Britannique Petainer, lui aussi actif dans le PET, et de fusionner les deux entités acquises pour créer un groupe plus solide dans un secteur en pleine consolidation.

Mais selon Bain Capital, l’organe allemand de la concurrence n’a pas vu ce rapprochement d’un très bon œil et n’a pas accordé son feu vert en phase 1. Il était donc nécessaire de passer par un examen de phase 2 qui aurait rendu difficile la poursuite de ce rapprochement dans le cadre du calendrier requis pour la sortie de la Bourse de Resilux, explique Bain cité dans le communiqué de Resilux.

Bain Capital souligne que sa décision de ne pas poursuivre son projet de rachat de Resilux n’est pas la conséquence d’un changement d’opinion dans son chef des forces de Resilux et de Petainer, ni de découvertes négatives lors de l’examen de " due diligence ".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect