Bekaert sort de la liste d'achat d'ING et accuse le coup

©Photo News

Après les résultats contrastés publiés par Bekaert, ING qui affirme apprécier Bekaert et son plan de transformation en cours a décidé d’abaisser sa recommandation à " conserver " contre " acheter " avant. Le titre perdait plus de 4% en matinée. Explications.

La semaine dernière, Bekaert publiait un bilan trimestriel mi-figue mi-raisin avec des ventes supérieures aux attentes mais des perspectives peu réjouissantes pour le reste de l’année.

"Une année 2019 à oublier" résumait un analyste de Degroof Petercam.

Après examen attentif des chiffres et dans la foulée du "capital market event" organisé par Bekaert, Stijn Demeester d’ING a revu sa copie sur les perspectives de ce groupe spécialisé dans la transformation et le revêtement de fils d’acier. Verdict: la valeur quitte la liste d’achat d’ING. La recommandation est désormais à "conserver. L’objectif de cours, pour sa part, est raboté d’un euro à 28 euros.

Balance risque/récompense

"Nous continuons à apprécier Bekaert et la transformation de ses activités qui devrait se traduire par une reprise de la marge au-dessus de 7%" souligne l’analyste. Mais vu le gain engrangé par l’action depuis le début de l’année (+26% à la clôture d’hier en comptant le dividende), il estime que la balance risque/récompense présente moins d’attrait.

A son avis, il existe un réel risque à la baisse des estimations de bénéfice telles que formulées dans le consensus des analystes en raison de la pression continue sur les marchés finaux de Bekaert combinée à une tendance négative pour les matériaux bruts.

Baisse des estimations

Tenant compte de ce qui précède il a abaissé ses prévisions de Rebit pour 2019, 2020 et 2021. Une révision justifiée également par une plus grande prudence en ce qui concerne la croissance organique pour le second semestre de 2019 et l’année 2020.

Stijn Demeester rappelle que pour compenser cet environnement difficile Bekaert s’est attaqué à ses coûts et à sa base d’actifs. Le groupe va fermer trois usines sous-performantes au cours des prochains mois. "En prenant en compte les réductions d’emplois en Belgique, nous tablons sur un gain pour l’Ebit entre 20 et 30 millions d’euros sur la période 2020-2021 alors que le groupe devra acter une perte exceptionnelle de 87 millions en 2019."

Potentiel de hausse de 15%

Sur l’ensemble des analystes qui suivent la valeur, deux conseillent un achat, trois de la conserver en portefeuille et un autre de s’en tenir à l’écart. L’objectif de cours moyen s’élève à 28,4 euros. Vu la baisse du titre de 3,8% à 24,6 euros observée ce matin, le potentiel de hausse tourne autour de 15%.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect