Publicité
Publicité

Bras de fer au conseil de Nyrstar

Exit la candidature de Viviane Reding.

Nyrstar estime qu’un des 2 noms proposés par Trafigura comme administrateurs indépendants ne peut convenir. Exit la candidature de Viviane Reding.

Si ce n’est pas un bras de fer, ça y ressemble tout de même un peu: après avoir jugé "tardive" la demande de son principal actionnaire, Trafigura, qui réclame deux administrateurs, Nyrstar juge désormais que l’un des deux hommes pressentis ne remplit pas les conditions ad hoc.

Le groupe néerlandais spécialisé dans le négoce des matières premières, qui possède 15,3% des actions de Nyrstar, a proposé le 20 mars dernier deux nouveaux administrateurs au conseil d’administration. Il s’agit de Christopher Cox, en qualité d’administrateur non exécutif, et de Martyn Konig, en qualité d’administrateur indépendant. La demande a été déposée environ six semaines avant l’Assemblée générale annuelle (AGA) des actionnaires du 29 avril. Un peu trop tard, aux yeux de Nyrstar, pour permettre au Comité de nomination et de rémunération du Conseil d’administration d’évaluer ou d’interroger ces candidats avant l’échéance pour l’examen et la publication de l’ordre du jour de l’AGA. Ce à quoi Trafigura avait répondu que sa proposition laissait "assez de temps à la direction de la société pour conduire les entretiens et procéder aux évaluations nécessaires".

Cette semaine, Nyrstar a surenchéri en jugeant que la candidature de Martyn Konig semblait poser problème en regard du Code des sociétés en Belgique. Il a été proposé en tant qu’administrateur indépendant, alors qu’il est notamment chief investment officer chez T Wealth Management, du même groupe Trafigura. "Il est donc représentant de Trafigura. Le code des sociétés dit que cela n’est pas possible si l’actionnaire possède plus de 10%; Or, Trafigura détient plus de 15%", fait valoir une source chez Nyrstar.

En revanche, on ne trouve pas de trace dans l’invitation à l’assemblée du 29 avril d’une proposition de nomination de l’ex-commissaire européenne Viviane Reding. Le nom de l’ancienne vice-présidente de la Commission, aujourd’hui eurodéputée, avait circulé à la fin de 2014 pour une place au Conseil d’administration de Nyrstar. Une option qui n’est plus d’actualité aujourd’hui, d’autant que le délai pour une proposition de nomination est désormais dépassé.

Au sein du conseil d’administration, seul le mandat de Karel Vinck vient à expiration. Si les actionnaires approuvent la proposition de Trafigura, le CA de Nyrstar comptera désormais six administrateurs, contre 5 actuellement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés