"Caterpillar Gosselies en danger"

Reuters ©REUTERS

Un référendum est organisé sur le site de Caterpillar Gosselies concernant le recours aux heures supplémentaires. "Le site de Charleroi serait en danger si le recours aux heures supplémentaires n'était pas possible, selon le porte-parole.

Ce mardi, les 2.500 ouvriers de Caterpillar Gosselies doivent se prononcer pour ou contre la proposition élaborée par le conciliateur social. Cette proposition porte sur la possibilité pour Caterpillar Belgium de compter sur un personnel prestant des heures supplémentaires en cas de besoin. Selon le porte-parole, elle permettra notamment à l'entreprise de garantir à ses clients certains délais de livraison. Jeudi dernier, le personnel du site avait débrayé après que des tensions étaient apparues entre partisans et opposants de la mesure.

Grâce aux investissements réalisés sur certaines lignes d'assemblages, ces délais de livraison devraient être réduits dans l'avenir.

Parallèlement, la direction du site veut également disposer d'une nouvelle organisation du travail qui permette le recours aux heures supplémentaires. Celui-ci existe déjà dans l'organisation actuelle. Mais le personnel reste libre d'accepter ou de refuser les heures supplémentaires. Ce qui ne garantit pas à la direction de disposer sur l'ensemble des lignes d'assemblages de suffisamment d'ouvriers susceptibles de travailler au-delà du volume horaire habituel.

Le recours aux heures supplémentaires est limité et celles-ci seront payées aux travailleurs, a précisé le porte-parole de l'entreprise. Le conciliateur national qui a fourni ses recommandations après avoir entendu syndicats et direction a conseillé selon le porte-parole de prévoir un maximum de 8 heures supplémentaires par mois et par travailleur en 2014. Dès 2015, ce volume pourra être porté à 16 heures. "Mais, l'entreprise ne pourra jamais mobiliser son personnel plus d'un samedi par mois", a affirmé malgré tout le porte-parole.

Un référendum est donc organisé ce mardi sur le site. Ce qui est sûr, c'est que le site de Charleroi serait en danger si le recours aux heures supplémentaires n'était pas possible, a affirmé le porte-parole.

•Les opérations de dépouillement commenceront mardi aux alentours de 17 heures.
    
Fin février, la direction de Caterpillar Belgium avait annoncé son intention de se séparer, à Gosselies, de quelque 1.400 travailleurs (1.100 ouvriers et 300 employés) et d'appliquer sur le site un nouveau plan industriel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés