Comme immunisé contre le Covid-19, Bekaert bondit en bourse

Dans un contexte difficile, Bekaert a réussi à améliorer ses marges et à réduire son endettement.

Les résultats du spécialiste belge des câbles d'acier ont dopé le cours de son action. Pour l'heure, il semble échapper à tout impact du coronavirus, mais la vision sur l'avenir à long terme est limitée.

Bekaert  a agréablement surpris les investisseurs en publiant ses résultats annuels: l'action s'est envolée en Bourse de Bruxelles mercredi. "Les mesures prises en 2019 ont considérablement renforcé notre structure de bilan et ont permis d’amorcer l’amélioration de notre rentabilité. Cela nous a rendus plus résilients aux incertitudes à court terme, lit-on dans un communiqué de l'entreprise courtraisienne active dans le tréfilage.

Bekaert ne donne pas de prévision de résultat opérationnel sous-jacent pour 2020, ce qui suggère que la prudence s'impose.
Kepler Cheuvreux

Quant à l'impact du coronavirus, là aussi la direction se veut rassurante: aucun salarié n'est à cette heure infecté et l'activité a repris "à des niveaux quasiment normaux" dans les usines chinoises depuis le 10 février. "La vision à long terme reste toutefois limitée."

Les mesures prises en 2019 ont considérablement renforcé notre structure de bilan et ont permis d’amorcer l’amélioration de notre rentabilité.
La direction de Bekaert

Kepler Cheuvreux (réduire, objectif de cours: 20 euros) note que "les perspectives pour 2020 semblent prudentes: alors que Bekaert s'attend à réaliser davantage de progrès en vue de son objectif de marge opérationnelle sous-jacente de 7% à moyen terme, il ne donne pas de prévision de résultat opérationnel sous-jacent pour 2020, ce qui suggère que la prudence s'impose".

Léger mieux

Côté résultats, Bekaert affiche un chiffre d'affaires consolidé stable de 4,32 milliards d'euros. Le résultat opérationnel sous-jacent (Ebit) progresse à 242 millions d'euros (+15%). Les analystes tablaient, eux, sur un chiffre d'affaires supérieur, de quelque 4,36 milliards d'euros pour un Ebit sous-jacent de 238 millions d'euros.

Notons que pour la seule activité belge, Bekaert affiche un chiffre d'affaires en recul de 375 à 319 millions d'euros, pour une perte opérationnelle (avant éléments non récurrents) de 3 millions.

Dans un environnement de marché difficile avec les tensions commerciales et l'incertitude politique et sociale, Bekaert est parvenu à améliorer la marge de l'Ebit de 4,9% à 5,6%, largement grâce à des progrès internes.
Stefaan Genoe
Analyste de Degroof Petercam

Bekaert salue pour le groupe "la marge à deux chiffres" Ebitda (résultat opérationnel brut) qui frôle les 11%, pour un Ebitda sous-jacent de 468 millions.

La marge du résultat opérationnel (Ebit) a également bien progressé. "Dans un environnement de marché difficile avec les tensions commerciales et l'incertitude politique et sociale, Bekaert est parvenu à améliorer la marge de l'Ebit de 4,9% à 5,6%, largement grâce à des progrès internes", note Stefaan Genoe, analyste de Degroof Petercam, qui s'attend à voir cette marge atteindre 6,4% cette année puis 7% l'an prochain. L'analyste maintient par conséquent sa recommandation ("conserver") et son objectif de cours (27 euros).

3 millions €
Perte opérationnelle brute en Belgique
Pour la seule activité belge, Bekaert affiche un chiffre d'affaires de 319 millions d'euros, pour une perte opérationnelle (avant éléments non récurrents) de 3 millions.

Après déduction des intérêts et des charges de restructuration, le résultat de l’exercice attribuable aux actionnaires s’élève à 41 millions ou 0,73 euro par action. Le conseil d’administration proposera donc à l'assemblée générale des actionnaires la distribution d'un dividende brut 0,70 euro, inchangé par rapport à l'an dernier.

Moins endetté

Bekaert se targue enfin d'un endettement réduit. KBC Securities souligne "un beau progrès dans la réduction de la dette", avec un endettement net de 2,1 fois le résultat opérationnel brut (Ebitda). Le courtier reste à "conserver", avec un prix cible de 25 euros.

Bekaert a réalisé un beau progrès dans la réduction de la dette.
KBC Securities

Par ailleurs, le fonds de roulement sur chiffre d’affaires était de 16,2% fin décembre. Il s'agit du taux le plus bas ces 25 dernières années.

Rappelons qu'en 2019, Bekaert avait annoncé une restructuration qui faisait craindre aux syndicats l'arrêt total de la production belge. Il était ainsi question de la fermeture de l'usine de Moen et de 250 pertes d'emplois à Ingelmunster, Deerlijk et Zwevegem. Au final, direction et syndicats avaient réussi à se mettre d'accord sur la perte de 200 emplois. Le groupe avait ainsi constitué une provision de 30 millions pour répondre aux coûts de ce plan.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés