Publicité
Publicité

Course contre la montre du Fédéral pour approuver la prime énergétique d'ArcelorMittal

ArcelorMittal envisage un investissement important à Gand, mais le site peut entrer en concurrence avec Dunkerque. ©AFP

Le projet de la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten visant à accorder un rabais énergétique au géant de l'acier ArcelorMittal s'est heurté ce mardi à l'opposition. Néanmoins, le gouvernement estime que le dossier sera traité avant les élections.

Toujours aucune fumée blanche en commission Énergie sur le projet de la ministre en charge du dossier, Tinne Van der Straeten (Groen), d'octroyer aux entreprises grandes consommatrices d'énergie un rabais sur leur facture énergétique. Le texte s'est heurté à l'opposition de Bert Wollants (N-VA) alors que le Vlaams Belang a imposé une deuxième lecture.

Le temps presse pourtant. En septembre - alors qu'il n'y aura sans doute pas encore de nouveau gouvernement - le groupe sidérurgique ArcelorMittal doit décider du milliard d'euros d'investissements éventuels à réaliser sur son site gantois.

Publicité

De plus, la Chambre se réunira pour la dernière fois le 8 mai prochain. Néanmoins, le gouvernement est confiant quant à l'approbation de ce projet de rabais sur les coûts énergétiques des grands consommateurs.

"Les entreprises qui investissent massivement dans l'électrification pour réduire leurs émissions doivent avoir accès à l'électricité à un prix abordable."

Alexander De Croo
Premier ministre

Dunkerque versus Gand

Le prix de l'énergie est un élément clé de la bataille politique que livrent le gouvernement fédéral et le gouvernement flamand pour garantir l'investissement d'ArcelorMittal. "Les entreprises qui investissent massivement dans l'électrification pour réduire leurs émissions doivent avoir accès à l'électricité à un prix abordable", a déclaré mardi le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).

Tinne Van der Straeten a par ailleurs souligné en commission que l'Allemagne et la France accordaient d'importantes réductions sur les tarifs du réseau de transport aux grandes industries consommatrices d'électricité, telles que la sidérurgie et l'industrie chimique.

Elle a ainsi rédigé un amendement qui permettrait aux acteurs industriels de se voir accorder aussi des réductions sur la facture du gestionnaire du réseau de transport, Elia. De quoi réduire le handicap concurrentiel avec les pays voisins, avance-t-elle.

120
millions d'euros
ArcelorMittal peut compter sur un total de 120 millions d'euros de subventions flamandes si la nouvelle usine s'installe à Gand.

Une nouvelle usine à gaz pour ArcelorMittal

Dans le cas d'ArcelorMittal, le groupe a déjà annoncé sa volonté de construire une nouvelle usine pour produire du fer non liquide à partir de gaz naturel et à terme à partir d'hydrogène.

Craignant de perdre l'investissement, le gouvernement flamand a déjà accordé une subvention supplémentaire de 70 millions d'euros. Le géant de l'acier peut donc compter sur un total de 120 millions d'euros de subventions flamandes si la nouvelle usine s'installe à Gand.

Mais rien ne semble joué. En effet, le groupe a aussi annoncé un investissement similaire (1,8 milliard d'euros) dans le port français de Dunkerque. Le gouvernement français a, lui, accordé 850 millions d'euros de subventions pour ce projet. Cette subvention française s'ajoute donc aux réductions tarifaires du réseau.

Jeudi, le Parlement se penchera sur une autre mesure de "séduction": la réforme de la déduction pour investissement. Celle-ci prévoit une déduction beaucoup plus importante (40 %) pour les investissements de verdissement des entreprises.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.