Frédéric Willems veut investir 4 millions d'euros dans Durobor

©BELGA

Son nom est cité parmi les éventuels candidats à la reprise de l'industrie verrière de Soignies, Durobor. Fréderic Willems affirme toutefois qu'aucune négociation n'est en cours. La Sogepa étudie toujours le projet du second candidat, qui semble, lui, davantage intéressé par la production.

Faire du site de Durobor un centre dans la décoration du verre et un leader mondial dans la production de verres en polymère, telle est l'ambition de Frédéric Willems. Le propriétaire des sociétés Decaglass et Tradyglass, actives dans la décoration et la commercialisation de verres et bouteilles, revient dans la Dernière Heure sur ses intentions pour l'avenir de la société de Soignies.

Pour lui, le dossier est "ficelé". "Il représente un investissement de 4 millions d’euros en 2019-2020", explique-t-il. Chez Durobor, il se dit intéressé par l'atelier décor et le stock, pas la verrerie.

"Pour la décoration, j’ai besoin de deux lignes qui s’ajouteraient à mes trois actuelles. Idem pour le verre en polymère: j’ai actuellement une ligne et l’objectif est d’en avoir trois pour la fin de l’année 2019. Donc, d'en installer deux chez Durobor."

"Pour la décoration, j’ai besoin de deux lignes qui s’ajouteraient à mes trois actuelles."
Frédéric Willems
propriétaire des sociétés Decaglass et Tradyglass


Ses projets n'incluant pas la verrerie, il s'interroge sur l'acharnement mis pour garder le four allumé. "Si je reprends l'usine, on éteindra le four dès le lendemain." Pour lui, la production du verre sur le site de Durobor est bel et bien de l'histoire ancienne. Un point qui résout par ailleurs la problématique environnementale du site.

"Ce n’est plus du tout rentable. Dernièrement, l’usine perdait près de 200.000 euros par mois. Pour que ça soit rentable, il faudrait gagner 600.000 euros supplémentaires chaque mois pour amortir l’investissement de 40 millions nécessaire. C’est impossible!"

Et que dire de l'emploi? Frédéric Willems confirme pouvoir engager une dizaine de personnes, "de préférence des anciens de Durobor". Ce nombre pourrait être porté à quarante personnes supplémentaires dans les 5 années.   

Pour l'heure, aucun contact n'a été conclu entre la Sogepa, désormais en charge du site, et Frédéric Willems. Un premier rendez-vous serait fixé ce vendredi.

Des rumeurs font état d'un second candidat à la reprise. Son identité reste toutefois un mystère, tout comme ses projets pour le site sonégien. "Nous devons examiner au mieux et profondément la stratégie de ce candidat", indique-t-on à la Sogepa. Il semble en effet que les deux offres sur la table ne sont pas complémentaires mais plutôt que concurrentes. Le second candidat serait toutefois intéressé par la production.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect