L'acier chinois et russe dans le collimateur de l'UE

©BELGAIMAGE

Les actions sidérurgiques européennes sont en pleine forme ce jeudi, suite à une enquête anti-dumping ouverte par la Commission européenne à l'encontre de l'acier laminé à froid chinois et russe.

Les actions de plusieurs sidérurgistes européens sont dopées ce jeudi en début d'après-midi par une information du site d'informations spécialisées Platts selon laquelle la Commission européenne a ouvert une enquête anti-dumping sur de l'acier laminé à froid chinois et russe, rapportent des traders.

♦ A 13h30, le titre ArcelorMittal gagne 6,4% à 10,34 euros, plus forte hausse du CAC 40, alors qu'il perdait près de 1% à la mi-journée. A Francfort, ThyssenKrupp avance de 1,33% et Salzgitter 4,02% pendant que Ssab s'octroie 2,59% à Stockholm. Au même instant, l'indice Stoxx 600 grappille 0,12%.

Mercredi, Bruxelles avait publié au journal officiel que l'Union européenne allait imposer dès jeudi des droits antidumping sur les importations de certains produits d'acier en provenance de Chine, du Japon, de Russie, de Corée du Sud et des Etats-Unis, la deuxième décision mise en oeuvre depuis le début de l'année pour protéger le secteur sidérurgique européen.

Par ailleurs, la consommation d'acier de la Chine devrait diminuer de 6% cette année, selon un responsable de la principale fédération du secteur sidérurgique du pays, soulignant l'impact du ralentissement global de l'économie sur la demande industrielle.

La consommation chinoise d'acier brut a déjà reculé de 3,4% l'année dernière, sa première baisse depuis 1981, et ce mouvement s'est poursuivi au cours des premiers mois de cette année, incitant les producteurs à se tourner vers l'exportation pour tenter d'écouler leur production.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés